Listomania
7 décembre 2018
« C’est beau la folie » : Le Top 2018 de Violaine Schütz
Partager sur Facebook Partager sur Twitter

« C’est beau la folie » : Le Top 2018 de Violaine Schütz

TOP DE FIN D’ANNÉE. Les rédacteurs de Magic délivrent tous les jours leur Top 2018, sous la forme d’une liste de 10 albums, assortie d’un texte de mise en relief. Episode 2 avec Violaine Schütz.

 

  1. CAT POWER – Wanderer (Domino)
  2. LOMEPAL – Jeannine (Pineale Prod – Grand Musique Management)
  3. ROSALIA – El mal querer (Sony Music Entertainment)
  4. BLOOD ORANGE – Negro Swan (Domino)
  5. KANYE WEST – Ye (GOOD Music / Def Jam)
  6. WILD NOTHING – Indigo (Captured Music)
  7. ROBYN – Honey (Embassy One)
  8. TIRZAH – Devotion (Domino)
  9. SARAH MAISON – Sarah Maison (Muzul)
  10. SNAIL MAIL – Lush (Matador Records)

+ les rééditions de Durutti Column et The Names chez LTM Recordings

Difficile de faire un tri dans toutes les sorties de cette année. Entre les bandcamps, les liens reçus par email et les promos, il y avait encore à boire et à manger. Et je n’ai pas pu tout mettre : Cardi B, Smerz et Courtney Barnett avaient leur place, mais il fallait en garder dix. Cela dit quelque chose me frappe de plus en plus en prenant de l’âge : la musique devrait rester quelque chose de passionné.

 

 

Quelque chose qu’on fait parce qu’à un moment donné, c’est une question de vie ou de mort. Trop de projets sont des sides projects plus que du viscéral. Dans tous les disques que j’ai sélectionnés, je ressens cette passion presque folle et non feinte de celui qui n’a pas choisi d’être artiste : ça c’est imposé à lui comme une nécessité. Le thème de la folie, on le retrouve chez Kanye West et Lomepal avec celui de l’amour contrarié qui part en vrille chez Cat Power, Robyn et Rosalia. Comme diraient les commentaires Youtube que j’adore lire : « This is music » ou « This is what music should be ».

VIOLAINE SCHÜTZ doit son nom à la batteuse d’un groupe de new wave, mais n’est pas foutue d’écrire une chanson. Pour se venger, elle écrit sur la pop culture depuis plus de dix ans. Ses papiers musique, cinéma et société ont été publiés dans TsugiElle, Numéro, Libération ou encore Jalouse. Dans d’autres vies, elle a été étudiante en philosophie, djette et a écrit deux livres musicaux sur Daft Punk (traduit au Japon) et sur Courtney Love. Pour Magic, elle a remonté le fil de la carrière de Dead Can Dance et signé l’interview de Cat Power dans notre numéro 211.

Photo : Julien Bourgeois

Partager sur Facebook Partager sur Twitter