Abonnés
When all you want to do is be the fire part of fire
UTO
inFiné

Chronique : UTO, déverrouillé

L'un pour l'autre, ensemble ou séparément. Pour son deuxième album, UTO fait feu de tout bois et convertit les différentes dynamiques du couple en neuf morceaux d'électro-pop libres et plus radicaux. "When all you want to do is be the fire part of fire" est l'album de la semaine de Magic du 12 avril 2024.

2022. Une tendance lourde tend à s’imposer dans le Top 10 des meilleurs albums de l’année. Ce sont les formations en duo, mixtes pour la plupart, dont UTO fait partie. Leur premier album, Touch the Lock, occupe la septième place de notre classement de fin d’année. «Quand deux cerveaux créatifs sont au bord de l’implosion, le feu d’artifice est possible», écrivions-nous à l’époque pour décrire le mystère d’une chimie manifestement active. C’est peu dire concernant le couple Neysa May Barnett-Émile Larroche. Fusionnel, inséparable, cathartique ; ensemble à l’endroit de la création, c’est une combinaison parfaite. Le premier choc mental, urgent, sauvage, limite schizophrénique, qu’il nous assénait il y a deux ans ne se dément pas sur ce deuxième album, plus libre, plus généreux, plus ouvert, plus accessible et en même temps plus radical, dans le sens où ils s’autorisent d’aller vers des choses qu’ils ne se seraient jamais permis d’explorer auparavant. Une combinaison de musiques de transe qui cavalent, entre trip-hop, UK bass, ambient, breakbeat, house, lo-fi, jungle. Auxquelles s’ajoutent des claps intempestifs et des sonorités liquides ufologiques plus inattendues. «On avait envie de faire des morceaux plus directs, sans perdre la richesse, la profondeur, liées à notre façon de faire de la musique ensemble», explique Émile.

Article réservé aux abonnés. Pourquoi pas vous ?

Vous êtes abonné·e ? .

A découvrir aussi

/Sortie • 27 juin 2024

Wilco, Aaron Frazer, Dirty Three : la playlist et le cahier critique du 28 juin 2024

/Sortie • 20 juin 2024

Magic : le cahier critique du 21 juin 2024

/Sortie • 13 juin 2024

Mike Lindsay, John Grant, Cola… : les chroniques du 14 juin 2024