Listomania
5 octobre 2018
Cat Power, Dominique A, Molly Burch… : ça sort aujourd’hui et Magic aime
Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Cat Power, Dominique A, Molly Burch… : ça sort aujourd’hui et Magic aime

Avec Wanderer de Cat Power, La Fragilité de Dominique A et First Flower de Molly Burch, Magic vous a sélectionné les disques importants qui sortent ce vendredi 5 octobre.

 

Cat Power – Wanderer (Domino)
••••••

Chan Marshall refait, en mieux – maturité et expérience obligent – ce qui faisait chavirer autrefois, chant et voix intacts et aura immaculée. Il suffira aux esprits chagrins d’écouter le déchirant Me Voy pour s’en convaincre. Outrancière, envoutée mais profondément sincère. Que cet album est beau. A retrouver en “une” de notre numéro 211 et six pages d’entretiens avec Violaine Schütz.

Dominique A – La Fragilité (Cinq7 / Wagram)
•••°

La Fragilité se veut transition entre douceur pastorale et cruauté froide. Des saudades apatrides, des bossa nova tristes. À 50 ans, le doute est aux abois, la peur de décevoir aux aguets. Des craintes qui ont forgé un disque magistral. A retrouver sur notre site, vendredi, un entretien-fleuve avec Gregory Bodenes.

Molly Burch – First Flower (Captured Tracks / Differ-Ant)
•••°

Un an et demi après des débuts acclamés, Molly Burch offre un magnifique second album et confirme son excellence dans un songwriting élégant et racé. Experte en pop rétro exquise mâtinée de soul, l’Américaine s’ouvre une nouvelle fois dans une mise à nu émouvante où, tout en célébrant l’amour, elle n’hésite ni à afficher son anxiété naturelle, ni à clamer sa volonté d’être elle-même.

Adrianne Lenker – abysskiss (Saddle Creek)
•••°

La production confiée à Luke Temple (Here We Go Magic) est volontairement minimaliste, mais la décharge émotionnelle reste incroyablement intense. Avec seulement quelques arpèges délicats de guitare et une voix unique, Adrianne Lenker a les épaules pour incarner notre humanité.

Piles – Une Volta (Aagoo Records)
••••°°

Ces trois batteurs (Anthony Laguerre – également à la guitare et aux synthés – Guigou Chenevier et Michel Deltruc) de Nancy et d’Avignon triturent des sons expérimentaux où la rythmique devient évidemment un repère puissant et redoutable.

MellaNoisEscape – Heartbeat of the Death (Ulysse Maison d’Artiste / Sony)
••••°°

Il en aura fallu du temps pour qu’Olivier Mellano ose entamer une carrière solo. D’autres auraient pu se contenter de ce statut d’accompagnateur au CV hallucinant : Miossec, Dominique A, Bed, sans compter des collaborations avec Simon Huw- Jones d’And Also The Trees ou Brendan Perry de Dead Can Dance. Ce second disque de MellaNoisEscape est une prolongation assumée, plus collective.

Alexandra Stréliski – Inscape (Secret City Records)
••••°°

Révélée au grand public à travers les films Dallas Buyers Club (2013) et Demolition (2016) de Jean-Marc Vallée, la compositrice-interprète qui a grandi entre Paris et Montréal propose une musique hautement cinématographique portée par un piano et des harmonies délicats et raffinés.

Nathan Bowles – Plainly Mistaken (Paradise of Bachelors / Differ-Ant)
••••°°

Pour la première fois entouré d’un groupe avec Casey Toll (Jake Xerxes Fussell, Mt Moriah) à la contrebasse et Rex McMurry (CAVE) à la batterie, Nathan Bowles accompagne son mythique banjo d’intentions nouvelles, entre plages méditatives et expérimentations bienvenues.

Echo and The Bunnymen – The Stars, The Oceans & The Moon (BMG)
••••°°

Évitant le piège de l’immobilisme mortifère, ces réinterprétations rappellent la fulgurance pop d’un groupe incluant la fièvre des Doors à la rudesse des années new wave. Une belle part y est faite à Ocean Rain (1984) avec le classique absolu The Killing Moon. Rescue, remontant des limbes du Crocodiles (1980), n’a rien perdu de son énergie. Comme quoi, il est toujours bon de revenir aux classiques.

John Lennon – Imagine -The Ultimate Collection (Universal Music)
•••••°

Remixé sous la supervision de Yoko Ono aux studios Abbey Road, cette réédition de l’album culte de John Lennon met en lumière le travail en studio autour de Imagine entre séances d’écritures et enregistrements de démos. C’est la loi du genre, les pépites la disputent aux anecdotes. Dans la première catégorie, la partie de piano de Jealous Guy presque à nu.

Mais rien de vous empêche d’écouter aussi les autres sorties du jour :

Phosphorescent – C’est la vie (Dead Oceans)
Johnny Hostile – (Dys)function (Pop Noire Records)
Leifur James – A Louder Silence (Night Time Stories)
Queen of the Meadow – A Room to Store Happiness (Only Lovers Records / Differ-Ant)
Swearin’ – Fall Into the Sun (Merge Records / Differ-Ant)
Madeline Kenney – Perfect Shapes (Carpark Records)
Gregory Alan Isakov – Evening Machines (Suitcase Town Music)
Mueller Roedelius – Imagori II (Groenland Records / PIAS)
Kristin Hersch – Possible Dust Clouds (Fire Records)
My Baby – Mounaiki (Prehistoric Rhythm Records)
Mokado – The Lives of Others (Le Hameau Records)
Marie Davidson – Working Class Woman (Ninja Tune)
Petite Noir – La Maison Noire (Roya / WARP / Differ-ant)
Safia Nolin – Dans le Noir (Bonsound)
Maxim – Sunny Sunday Morning (1178 Records)
Partager sur Facebook Partager sur Twitter