Idles, Model Village, extrait de la vidéo co-signée par Michel Gondry

36 singles qui ont fait notre été et qui annoncent la rentrée (ou pas)

Qu'ils annoncent les grands albums de la rentrée (Sufjan Stevens, Idles, The Apartments, Tricky), soient des actes isolés (Eels, Tropical Fuck Storm, Andy Shauf, Bon Iver) ou révèlent des groupes à nos oreilles (Fotomatic, Landlowner), voici une sélection subjective des 36 singles avec lesquels il faisait bon ne pas respecter les gestes barrières cet été.

34 des 36 titres de cette sélection ont été rassemblés dans notre playlist sur Spotify. Pour les artistes, il reste plus utile de vous procurer leurs disques.

SUFJAN STEVENS, Video Game

Sufjan Stevens a révélé deux titres de son attendu The Ascension, annoncé pour le 25 octobre. La fresque America, et ce Video Game plus tubesque et rétro. Il promet un album beaucoup plus synthétique que Carrie & Lowell (2015), le précédent album du génie pop de ce siècle, et cette promesse sera tenue.

ANDY SHAUF, Judy

Judy, chute du merveilleux album The Neon Skyline, a été offert en juillet par Andy Shauf. Pour les fans, un 45-Tours à édition limitée est proposé à la commande avec le non moins merveilleux Jeremy’s Wedding en face B.

THE MOUNTAIN GOATS, As Many Candles As Possible

As Many Candles As Possible est le premier extrait du deuxième album que fera paraître le précieux et prolifique quatuor californien le 23 octobre, Getting Into Knives, leur deuxième cette année après Songs for Pierre Chauvin, paru en plein confinement.

ELVIS PERKINS, See Through

Elvis Perkins n’a pas fait paraître d’album depuis I Aubade en 2015 (hors musique de film). Son Creation Myths annoncé pour le 2 octobre ne sera pas l’un des moins attendus de la rentrée. Le délicieux et si arrangé See Through est le seul extrait sorti à ce jour.

PHOENIX, Identical

Bam, le retour de Phœnix en plein mois d’août, trois ans après le dernier album du groupe français, Ti Amo. Identical est un single issu de la bande originale du prochain film de Sofia Coppola, On the Rocks. Le morceau est par ailleurs dédié à Philippe Zdar, disparu l’an passé. Vidéo à regarder sur smartphone de préférence.

THE APARTMENTS, Pocketful of sunshine

Le retour discographique de The Apartments restera une des grandes nouvelles pop du siècle. Peter Milton-Walsh va donner un successeur à l’émouvant No Spell, No Madrigal (2015), avec un In and Out of the Light à paraître le 18 septembre chez Talitres. Et c’est déjà majestueux.

TROPICAL FUCK STORM, Legal Ghost

C’est malin. On n’a pas eu le temps de se remettre du brillant Braindrops, paru à la rentrée dernière, que le quatuor australien Tropical Fuck Storm revient avec un single hyper tendu, ce Legal Ghost issu un 45-tours surprise, dont la face B, Heaven, est une reprise de Talking Heads.

FIRST AID KIT, On the road again

Si vous avez encore un spot dans votre emploi du temps qui vous permettrait de dévaler un paysage de rêve en décapotable, First Aid Kit fournit la bande son avec cette reprise d’un classique country de Willie Nelson. Morceau paru en dehors de toute actualité discographique, en soutien à l’association Crew Nation, qui soutient les professionnels du spectacle vivant frappés de plein fouet par le COVID-19.

ED HARCOURT, Ascension

Le troisième extrait de son Monochrome To Colour à paraître le 18 septembre donne entendre un Ed Harcourt instrumental et influencé par la musique de film. Enregistré avec notamment le batteur de Portishead, Clive Deamer, ce neuvième album s’annonce teinté par son instrumentarium en partie rare et ancien.

LEAN YEAR, Panes

Trois ans après son exceptionnel album éponyme, le seul paru à ce jour, Lean Year a surgi cet été avec Panes, titre offert hors de toute actu discographique, lumineux, économe en effets plus que minimaliste, qui rappelle combien Emilie Rex et Rick Alverson ont conçu un son qui leur est propre. L’un des trésors les mieux cachés de la pop moderne se trouve ici, dans la campagne de la Virginie. Vous ne pourriez pas dire que vous ne saviez pas.

BEVERLY GLENN-COPELAND, River Dreams

Evénement : le serein River Dreams est l’une des premières compositions de Beverly Glenn-Copeland depuis quinze ans en attendant son album le 25 septembre, Transmissions, annoncé comme une rétrospective.

LAURA VEIRS, Burn to bright

Avec Laura Vers, on ne sait jamais vraiment si l’humeur sera pop, folk voire country. Burn to bright annonce un album My Echo plutôt pop, très rythmique et généreusement arrangé. C’est à ce jour le seul extrait paru du disque, annoncé pour le 23 octobre.

TRICKY, Thinking Of

Autant vendre la mèche : le Tricky qui va nous revenir le 4 septembre avec Fall to Pieces est le plus inspiré jamais entendu depuis ses grandes années, c’est-à-dire depuis vingt ans. Les cinq extraits parus depuis ce printemps ne vous ont pas fait de promesse en bois. Thinking Of, porté par la voix de Marta, est le dernier en date.

J.E. SUNDE, I don’t care to dance

I don’t care to dance, promet J.E. Sunde. Ce n’est pas exactement ce que renvoie ce titre folk, mélancolique et romantique, le plus dépouillé qui se puisse concevoir. L’auteur le présente comme la plus belle chanson qu’il a écrite et semble devoir donner son nom à son prochain album, annoncé pour le 13 novembre.

IDLES, Model Village

Ultra Mono, programmé le 25 septembre, est l’un des albums les plus attendus de la rentrée, tant Idles a marqué de son empreinte le son rock de cette époque révoltante avec son Joy As an act of resistance. Le collectif britannique ne s’annonce pas beaucoup sage, à peine est-il mieux entouré puisque Michel Gondry co-signe la vidéo de ce premier extrait.

CUT WORMS, Sold my soul

L’idée la plus précise que vous vous faites d’une americana maîtrisée, au service de la mélodie, mais qui ne lâche rien aux fondamentaux (pedal steel, tambourin, chœurs pastoraux), a été portée sous la canicule par Cut Worms. Jagjaguwar nous annonce l’album Nobody Lives Here Anymore pour le 9 octobre.

LOMA, Ocotillo

Sensuel et puissant, Ocotillo et son rythme langoureux annoncent le troisième album de Loma, le deuxième du groupe de la chanteuse d’Emily Cross. La tension des grands albums de Shearwater est là et ce n’est pas un hasard puisque Jonathan Meiburg fait patrie du trio, avec l’ingénieur du son Dan Duszynski qui a accueilli le groupe chez lui, dans le Texas, pour mettre au monde ce nouveau disque.

FOXYLIGHT, Past Vision

Sous très forte influence Tame Impala, la vidéo du duo parisien Foxylight, Past Vision, réalisée par Vinyl Williams. Un océan de mondes psychédéliques enfouis sous les plages et les océans.

TIM HEIDECKER, Fear of Death

Avec son refrain entêtant « Fear of Death is keeping me alive », Tim Heidecker a proposé l’un des morceaux les plus frais de l’été, avant l’album qui portera le même nom le 25 septembre. Dans son backing band, Natalie Mering, aka Weyes Blood en personne !

BON IVER, AUATC

Diminutif de l’expression « Ate Up All Their Cake », AUATC est paru davantage comme un coup de gueule contre le capitalisme que comme un single estival. Avec Elsa Jensen, Jenny Lewis, Bruce Springsteen et Jenn Wasner dans les chœurs, Justin Vernon utilise sa voix comme il l’a rarement fait, dans un esprit soul et gospel.

LANDLOWNER, Phantom Vibration

Si vous aimez le combo des guitares claires et des voix punk, le groupe Landlowner et son morceau Phantom Vibration sont pour vous. Prélude à leur premier album Consultant, paru sur le tout jeune label chicagoan Born Yesterday Records.

YVES JARVIS, For Props

Le Canadien Yves Jarvis (Jean-Sébastien Audet dans la vraie vie) n’aura attendu que dix-huit mois pour faire paraître un deuxième album, porté par sa guitare sèche et ses mélodies rétro. Deux singles, Victim, et For Props, annoncent son Sundry Rock Song Stock, pour le 25 septembre.

BILL CALLAHAN, The Mackenzies

« I’m the type of guy who sees a neighbour outside and stays inside and hides. » Bill Callahan aura proposé, avec The Mackenzies, hymne de poche à la timidité maladive, le cinquième extrait de Gold Record, annoncé pour le 4 septembre. Après cinq ans d’absence, son deuxième disque en deux ans. Oui, il y a eu de bonnes nouvelles cet été.

THE AVALANCHES, Wherever You Go

Pour ce qui sera seulement leur troisième album en vingt ans, le duo qui avait cartonné avec Since I left You (2001) ne se refuse pas grand chose. Notamment pas un grand enregistrement en plein confinement avec des musiciens-ingénieurs de la NASA, mais aussi Neneh Cherry et Jamie XX, pour cet entêtant Wherever You Go. C’est déjà le quatrième titre diffusé par The Avalanches, qui a envoyé son album au mastering mais aucune date de sortie n’a encore fuité.

CLARA LUCIANI et ALEX KAPRANOS, Summer Wine

L’instant glamour de cet été : Clara Luciani et Alex Kapranos, le chanteur de Franz Ferdinand, qui s’offrent une espacade sur le sable fin pour se glisser dans la peau de Nancy Sinatra et Lee Hazlewood et interpréter Summer Wine. On pensera ce qu’on veut de l’adaptation, la chanson reste incroyable.

SYLVAN ESSO, Rooftop Dancing

Deux titres sensibles ont été proposés par Sylvan Esso pour annoncer son troisième album en carrière, Free Love, annoncé pour le 25 septembre. Rooftop Dancing est le plus récent et le plus charmant.

LOMELDA, It’s infinite

Ce bout de femme, Hannah Read à la ville, fait paraître depuis cinq ans des folks songs exceptionnelles, à un rythme d’un album par an. It’s infinite et Wonder annoncent un magnifique Hannah le 4 septembre, pour celle qui avait fait sa première scène française sous la houlette de Magic en 2017.

MARY LATTIMORE, Sometimes he’s in my dreams

La plupart d’entre nous nous souvenons peu de nos rêves, mais nous nous souviendrons de notre premiere écoute des deux extraits confiés au public par la harpiste Mary Lattimore avant la parution de son Silver Ladders le 9 octobre chez Ghostly. Etincelants de beauté onirique.

EELS, Baby Let’s Make It Real 

Aucun album à venir ne se cache officiellement derrière le single proposé par Eels en plein mois d’août. « Que diriez-vous d’une nouvelle chanson pour vous changer les idées pendant 3 minutes et 55 secondes ? » a seulement interrogé E. On dit oui à la première sortie du groupe depuis l’album The Deconstruction sorti en 2018.

JUANITA STEIN, The Mavericks

Aucune date de sortie n’a été donnée pour Snapshot, le troisième album de l’Australienne Juanita Stein. Mais The Mavericks confirme que l’ex-guitariste de Howing Bells porte en elle un véritable univers.

FOTOMATIC, Bipolarity

C’est l’une des découvertes de la première date du Disquaire Day, fin juin : le trio post punk toulousain Fotomatic ouvre sa discographie avec ce single implacable qui fait de lui des frères de sang des Stinky Toys. Le label Pop Supérette va couver la suite.

OPINION, Pinduck

Magic vous a proposé en avant-première la vidéo de Pinduck, premier extrait du futur double album d’Opinion, jeune artiste garage couvé par les Bordelais de Flippin’ Freaks. Vingt-deux titres qui sonnent comme un hommage émancipé à Ty Segall, sous le nom de Molly. Parution fin octobre.

HELENA DELAND, Someone New

Someone New est à la fois le titre du premier album d’Helena Deland (le 16 octobre) et du premier extrait qui en est issu. L’expression est quasiment synonyme de notre rubrique « Presque Célèbre », qui ouvre chaque numéro de Magic avec une figure émergente. Helena Deland avait été celle-ci dans notre numéro 2019 et nous voyons ce disque arriver avec une certaine émotion.

GUS DAPPERTON, Post Humorous

Star de YouTube puis désormais de TikTok grâce à ses premiers singles, le jeune songwriter américain Gus Dapperton peut s’offrir le luxe d’une vidéo entièrement doublée par ses fans. Son deuxième album, Orca, paraîtra le 18 septembre.

INSTITUT, Prenez soin de vous

Le single pop du confinement, du déconfinement, de l’état d’urgence sanitaire, des gestes barrières restera ce Prenez soin de vous acide, gonflé et sexuel de L’Institut, projet d’Arnaud Dumatin et Emmanuel Mario. Extrait de l’album L’effet waouh des zones côtières à paraître en février 2021.

FATHER JOHN MISTY, To S.

Il fallait choisir entre To S. et To R., les deux titres proposés en simultané par Father John Misty au cœur du mois d’août. Ce sera To S., pour ses arrangements subtils, et son intranquilité. Pas d’album annoncé à ce stade, mais ce sont les premiers titres de Father John Misty parus depuis l’album God’s Favorite Customer (2018).