(c) Jazmin Hicks

Nick Cave & Warren Ellis, Altin Gün, Adrian Younge : les sorties du 26 février 2021

Nick Cave & Warren Ellis

Carnage a été annoncé jeudi par surprise. C’est la première collaboration entre Nick Cave et Warren Ellis qui ne soit pas une musique de film et le premier disque non live de Nick Cave depuis Ghosteen. Carnage, enregistré en confinement, fait bien référence au contexte que vous savez.

Balthazar

Sand est le cinquième album de Balthazar, leader quasi officiel de la pop indé belge. Porté par Maarten Devoldere et Jinte Deprez, Balthazar y déploie de jolies tonalités plus orchestrales.

Smerz

Le premier album du duo norvégien Smerz (Catharina Stoltenberg et Henriette Motzfeldt) chez XL Recordings est un événement. Believer est un passionnant trajet électro-acoustique qui peut rappeller la vision d’une Colleen.

Cloud Nothings

Le quatuor de Cleveland est ultra-productif. Après ses deux autoprods de 2020, Cloud Nothings envoie son neuvième album chez Carpark Records. Un rêve éveillé de réouverture des salles de concert (et du bar, au fond).

Nightshift

Trouble in Mind est allé chercher sa nouvelle pépite à Glasgow. Sur le territoire de Teenage Fanclub, le quintette Nighshift est un des piliers de la nouvelle scène indie locale, dans un registre post-punk hypnotique et déconstruit, avec notamment Spinning Coin. Chris White se partage entre les deux groupes.

Fabio Viscogliosi

La trente-deuxième référence de l’exemplaire catalogue Objet Disque est le Camera de Fabio Viscogloisi, digne successeur du Rococo paru fin 2019. Pop cinq-étoiles.

Mathieu Boogaerts

En Anglais. Le huitième album de Mathieu Boogaerts annonce clairement la couleur. Comme I Love You (2008), Boogaerts y déploie ses mélodies espiègles en anglais, après avoir traversé la Manche pour vivre l’expérience à fond, cette fois.

Frànçois and The Atlas Mountains

Avec Bleu Banane, toujours chez Domino, François Marry se déploie en quatre langues (anglais, français, espagnol, italien) et assume un rapport plus direct que jamais avec l’auditeur, qu’il enveloppe d’une beauté caressante.

Altin Gün

Yol risque de casser l’image, que vous avez peut-être, d’un Altin Gün formidable machine à faire danser dans des effluves de sons traditionnels turcs et de psyché sixties. Moins d’énergie, plus de sensibilité et un spectre sonore élargi : Altin Gün reste un grand groupe en marche.

Mouse on Mars

Jan St. Werner et Andi Toma font paraître AAI, comme Anarchic Artificial Intelligence. Aussi expérimental et imprévisible que prévu et une vision du futur proche méditable entre quatre murs.

Cabaret Voltaire

Cabaret Voltaire a la pandémie plutôt active. Quatre mois seulement après la sortie de son quatorzième album Shadow of Fear, Cabaret Voltaire revient avec un maxi de trois titres.

The Menahan Street Band

Collectif bouillonnant autour des musiciens Thomas Brenneck, Dave Guy, Nick Movshon, Leon Michels et Homer Steinweiss, The Menahan Street Band livre depuis Brooklyn son troisième album en quatorze ans, le premier depuis 2012. L’un des ponts les plus fiables entre la soul, l’afrobat et le hip-hop.

Maximo Park

Le trio de Newcastle n’a plus l’éclat inouï d’A Certain Trigger (2005), mais son septième album, Nature Always Win, contient son lot de riffs tranchants.

King Gizzard & the Lizard Wizard

Quatre mois entre deux albums : King Gizzard & the Lizard Wizard se rapproche de sa productivité de 2017, année de ses quatre disques en une seule année. L.W. succède à K.G.

Adrian Younge

Rayon productivité, Adrian Younge en connaît aussi un rayon avec son label Jazz is dead, même si The American Negro est son premier travail en solo depuis Something About April II (2016). Dans le cadre du Black History Month, le producteur accompagne cet album d’un podcast et un court-métrage à paraître en mars. Younge considère ce travail comme le plus important de sa carrière : une plongée sans filtre dans la discrimination et sa violence aux États-Unis – un cadavre de Noir pendu figure à l’avant et l’arrière du packaging.

Nu:Tone

Le drum’n’bassist Dan Gresham sort son premier disque depuis sept ans, Little Spaces. Avec moult featurings et – rassurez-vous – tonalités aiguës.

Roosevelt

Précédé par la rumeur et le prestige de City Slang, Polydans promet des ponts merveilleux entre disco, French Touch et yacht rock. Si Marius Lauber vous rappelle les années 80 de Rick Astley, c’est peut-être aussi mérité. Vous vous ferez votre avis.

Stereolab

La délicieuse plongée dans les archives de Stereolab se poursuit avec Electrically Possessed, également considéré comme le Switched On Volume 4, à savoir une collection de morceaux rares en deux disques couvrant la période 1999-2008.

Lost Horizons

Une partie des morceaux d’In Quiet Moments sont déjà dans la nature – ou plutôt sur les plate-formes digitales – depuis plusieurs semaines. Simon Raymonde (ex-Cocteau Twins), pilote du label Bella Union, et Richie Thomas publient en physique et en intégralité (16 titres) un album puissant, bourré de collaborations.

Freddie Gibbs & Madlib

Piñata, album le mieux reçu du rappeur Freddie Gibbs (Fredrick Tipton au civil), ressort en version Deluxe cinq disques sept ans après sa première parution.

Deap Vally

Plutôt rare depuis sa formation (deux albums, aucun depuis cinq ans, et un maxi), le duo d’indie teinté de blues Dead Vally propose un Digital Dream de quatre titres très riche, marqué notamment par des collabs avec jennylee et Soko.

Cheval Sombre

Time Waits for no one est le premier disque en huit ans de Chris Porpora et son avatar artistique Cheval Sombre. Une ode au ralentissement du temps et de nos actes, conçu avant la pandémie, refuge bienvenu pendant.

Plankton Wat

Le guitariste Dewey Mahood (ex-Eternal Tapestry) confond sa six-cordes avec un vaisseau spatial et se livre, depuis Portland, à des explorations sonores intrigantes et souvent brillantes.

Carpool Tunnel

Né sur Vampr – le Tinder des musiciens – autour du batteur Daniel Stauffer dans la baie de San Francisco, le quatuor Carpool Tunnel sort Bloom, son premier album. Rien de révolutionnaire, mais un son plus optimiste que la moyenne des temps présents – pourquoi pas, après tout.

Mapstation

My Frequencies, When We est l’œuvre la plus personnelle et épurée de l’électronicien allemand Stefan Schneider.

Cal Fish

Plastic Flag est le troisième disque de Cal Fish, mystérieux projet né à Brooklyn et porté par le label Fire Talk. Quelque part entre l’art brut de rue et l’expérimentation electro.

Julien Baker

Julien est une femme et Little Oblivions est le troisième album de la songwriteuse de Memphis. On a déjà connu Matador Records plus aventureux.

Wau Wau Collectif

Yaral Sa Doom (« éduquer les jeunes » en wolof) est le produit de la rencontre entre le musicien suédois Karl Jonas Winqvist et des musiciens sénégalais du port de pêche de Toubab Diala. Un conte musical mélancolique et magnifique, teinté de musique traditionnelle, d’electro et de dub.

Mia Doi Todd

Gorgé de featurings (Laraaji, Jeff Parker, Money Mark, Fabiano do Nascimento…), Music Life est le premier disque solo en cinq ans de Mia Doi Todd, artiste de Los Angeles passée du chant classique à la pop il y a vingt ans.

Randolph’s Leap

Formé en 2006 autour d’Adam Ross, Randolph’s Leap est un octette gavé de vitamines né à Glasgow. Spirit Level est son premier album en trois ans.

A Winged Victory for the sullen

Le duo minimaliste belge (Dustin O’Halloran et Adam Wiltzie) sort un quatrième album, Invisible cities, à prendre comme la bande originale d’un film qui conterait les dernières lueurs d’espoir qu’il nous reste. 

Sad Night Dynamite

Parlophone publie la première mixtape de Sad Night Dynamite, duo de vingtenaires britanniques portés par une jolie hype depuis sa première vidéo sur YouTube et ses deux premiers titres, Icy Violence et Killshot.

DJ Muggs & Rome Streetz

La version physique de Death & The Magician (150 copies en exclu pour Rappcats) est partie en un flash le jour de la sortie. Restent les plate-formes pour apprécier le dernier travail en date de l’ex-Cypress Hills Lawrence Muggerud et du rappeur new-yorkais Rome Streetz.

Dom La Nena

Tempo est le troisième disque solo de la violoncelliste, chanteuse et compositrice brésilienne, hors de Birds on a wire. Un disque plus centré que jamais sur son instrument.

Matthew E. White & Lonnie Holley

16 minutes de musique et deux morceaux : un petit bonheur de réentendre le popeux érudit Matthew E. White avec l’expérimental (et désormais septuagénaire) Lonnie Holley.

Chromatics

Le quatuor Chromatics livre son single Shadow (et deux autres morceaux) à l’exercice du remix. For ultra fans only.

Geneva Jacuzzi

Mexican Summer réédite le premier album de Geneva Jacuzzi, qui ne date pas de 1984 comme son son l’indique, mais bien de 2010, quand l’underground de Los Angeles découvrait la lo-fi electro d’Ariel Rosenberg.

PJ Harvey

PJ Harvey poursuit de façon métronomique la publication de ses archives avec Stories from the city, stories from the sea – Demos, les versions nues de son album paru en 2000. Document : voici comment Thom Yorke a entendu This Mess we’re in pour la première fois avant d’accepter le duo avec PJ, entre deux sessions pour Kid A.

Toro Y Moi

Il faut avoir une sacrée confiance en soi pour sortir sous forme d’album les instrumentaux d’un de ses albums de chanson. C’est ce que fait Toro Y Moi pour son Underneath the Pine paru il y a dix ans et l’écoute donne du sens à la démarche.

Neil Young & The Crazy Horse

Encore une archive, encore un live exhumé par Neil Young. Way Down in the Rust Bucket est l’enregistrement, au son quelque peu baveux, d’un concert donné le 13 novembre 1990 à la salle The Catalyst (Santa Cruz, Californie). Ici en extrait, l’intense clôture de l’intemporel Cortez the killer. Vous n’êtes pas rassasié.e ? Neil Young fera paraître un autre live le 26 mars Young Shakespeare, enregistré en 1971 après la parution d’After The Gold Rush.