eyedress

Le Philippin Eyedress fourgue son premier album à l’arrache

Lié à XL Recordings par l’intermédiaire de la sous-division Abeano Music, il semble que l’impétueux Philippin Eyedress ait finalement “pris son envol” tout seul et sans filet en publiant à l’arrache son premier véritable album solo Astral Traveling Man (après la réussite Hearing Colors), via un simple lien de téléchargement Mediafire posté sur les réseaux.

Dix chansons sont au programme du disque qui recycle la pochette du single Teen Spirits. Ce qui devait être le premier extrait, When I’m Gone, est finalement absent du lot. Peut-être parce que l’œuvre a pour sujet un “mariage qui s’écroule”, sont également absentes les partenaires féminines qu’il avait pris l’habitude d’enrôler pour enchanter ses partitions toutes moites.

En échange, on découvre Idris Vicuña en rappeur clinquant ou en allumeur R&B sur des premiers titres qui ne devraient pas manquer de déconcerter le fan. La deuxième partie de l’album – pop ou languide, constamment sensuelle et envoûtante – prouve que le producteur et chanteur reste expert à l’heure de tisser avec trois bouts de ficelles des ambiances synthétiques uniques, parfumées à la codéine – une sorte de Blood Orange qui lévite dans la quatrième dimension.

Décidément difficile à suivre, Eyedress a aussi récemment concocté des mixtapes (Manila Ice) et d’autres titres qui ont fait long feu sur Soundcloud. Il a également évoqué au détour d’un tweet un autre album intitulé Separation Anxiety, et mis en ligne ce clip :