Beach Youth, Cory Hanson, Sharon Van Etten, Tample et autres sorties du 16 avril 2021

Pour voir plus loin que le London Grammar, ou les rééditions d'Amy Winehouse et Paul McCartney, voici la playlist des sorties du 16 avril 2021, avec Beach Youth (photo), Cory Hanson, Sharon Van Etten, Tample ou Ponta Petra.

PONTA PRETA

Tits Up est le premier album du quintette lyonnais Ponta Preta. Le miracle géo-mélodique qui a placé là-bas l’une des meilleures synthèses connues de la pop psyché californienne et de la pop psyché australienne n’a pas d’explication rationnelle.

BEACH YOUTH

Porté par rien de moins que trois labels (Shelflife Records, Music From The Masses et WeWant2Wecord), la quartette normand Beach Youth soutient sur la durée d’un album, Postcard (photo), l’amour pour la pop à guitares qui avait teinté leurs deux premiers maxis.

CORY HANSON

Pale Horse Ryder est la deuxième album de Cory Hanson, leader du groupe de Los Angeles Wand. Un disque de pop à la fois country, psychédélique et contemplatif enregistré dans le désert, lumineux et chancelant comme un artiste qui sonde ses émotions intimes pour en faire un motif de partage.

SHARON VAN ETTEN

Epic Ten est un double disque porté par Sharon Van Etten pour marquer le dixième (voire le onzième) anniversaire de son deuxième album, Epic, qui, dit-elle, l’a vue passer du statut de stagiaire à celui d’artiste dotée d’un groupe chez Ba Da Bing Records. En plus de la réédition du disque, elle a confié ses chansons à une brochette de stars de la pop iodé – Fiona Apple reprend ici Love More.

BILL McKAY & NATHAN BOWLES

Keys est, dans le catalogue de Drag City, le premier album de Bill McKay et Nathan Bowles ensemble, même si de fait, les deux musiciens travaillent ensemble depuis 2018. Guitare et banjo à l’os s’épousent ici par raison et par passion.

TAMPLE

On vous avait prévenus : Tample, pour son deuxième album, est devenu un trio et a resserré quelque peu son propos autour des claviers. Sur Glory (Yotanka Records), les Bordelais n’ont toujours pas choisi entre hommage au passé et projection dans le futur de la pop.

ANDY STOTT

Figure respectée de l’electro et la techno anglaise, Andy Stott livre un septième disque où son art d’architecte du son, avec sa complice Alison Skidmore, s’affirme sur Never the Right Time.

JON HOPKINS

Piano Versions est un maxi de quatre morceaux dans lequel Jon Hopkins reprend au piano droit des pièces ambient qui l’ont marqué. La version physique paraîtra le 2 juillet.

SUFJAN STEVENS

Lamentations est le deuxième bloc de l’album expérimental de 2 heures 30 que Sufjan Stevens fera paraître le 6 mai, « une réflexion entièrement instrumentale sur un an d’anxiété, de deuil et de solitude », comme il l’a tweeté. Le premier bloc était dans notre article de la semaine dernière.

AUROGRAMM

No Rules est le premier album du trio Autogramm. Une synth pop post-punk à équidistance de The Go Go et Devo, qui vous replongera en 1982 si vous fermez les yeux.

BORN RUFFIANS

C’est déjà le huitième album des Canadiens de Born Ruffians. Après Juice et Squeeze en 2020, le groupe affirme qu’il ne s’agit pas d’un disque de B-sides et de raretés mais de chansons qui attendaient leur tour. Sagement.

SON LUX

Le troisième volet de la trilogie Tomorrows du trio Son Lux, commencée mi-2020, confirme que ce traité musical sur les notions de « déséquilibre, perturbation, collision, redéfinition » est une somme à consommer sur le temps long. Au moins jusqu’à la sortie physique le 30 juillet.

THE TREMOLO BEER GUT

Quentin Tarantino trouvera de quoi nourrir ses images dans le répertoire délibérément rétro et accrocheur des Tremolo Beer Gut, quatuor situé à Copenhague, à quelques kilomètres des années 1950. You can’t handle… est son septième disque en vingt ans.

UNSCHOOLING

Composé notamment d’anciens de MNNQNS et d’autres musiciens rouennais, Unschooling propose un post-rock déconstruit, qui joue à cache-cache avec toutes les règles, sinon celle du freestyle rock dont ils sont sûrement les seuls représentants. Le maxi Randoms Acts of total control traduit assez bien l’intention. Une signature Howlin Banana.

BENJAMIN BELINSKA

Sorti en août 2020 sur les plate-formes, Lost Illusions fait l’objet d’une parution en cassette par le label toulousain Hidden Bay Records. C’est le premier album d’un artiste britannique désormais basé à Newcastle, dans un registre à la Tom Petty.

RYAN J RAFFA

Basé à Taipei (Taïwan), Ryan J Raffa est un électronicien qui s’est donné pour mission d’explorer l’espace situé entre l’auditeur et le musicien, entre les oreilles et les enceintes, entre les deux piliers de l’expérience musiale. We Have always existed est son quatrième disque en trois ans.

SPENCER KRUG

Après une décennie 2010 très prolifique, l’artiste canadien Spencer Krug ouvre son catalogue chez le label Pronounced Kroog par l’album Having Discovered Ayahuasca. Comme si Springsteen avait préféré la folk pop au rock.

V/A ALAN LOMAX

Paru lundi dernier, Alan Lomax’s American Patchwork est un double LP signé Mississippi Records rassemble les pièces les plus remarquables des 350 heures de captation réalisées pour les cinq films de la série documentaire American Patchwork parue en 1991 aux Etats-Unis. L’œuvre d’Alan Lomax est un trésor sans fin.

ENZO CARNIEL & FILIPPO VIGNATO

La rencontre entre le pianiste français Enzo Carniel et le tromboniste italien Filippo Vignato donne l’album Aria, chef-d’œuvre salué par une large critique au-delà du jazz et du classique. Nous nous joignons au concert.