Alban Claudin par James Weston

Alban Claudin, Departure Lounge, Noga Erez et les sorties du 26 mars 2021

Noga Erez, Alban Claudin, Departure Lounge, mais aussi des rééditions de Nancy Sinatra et Neil Young, font partie des sorties du 26 mars 2021 promues dans notre playlist hebdo.

NANCY SINATRA

Le morceau d’entrée de notre playlist a cinquante-cinq ans, et pourtant l’éclat intact d’une pop music parfaite, distillée au cœur de la décennie qui aura fait d’elle une expression artistique majeure. Summer Wine, peut-être la plus grande chanson jamais écrite sur la tentation, est l’un des temps forts du double disque Start Walkin’ 1965-1976, paru vendredi. Light in the Attic la présente comme le disque ultime pour faire le tour de l’œuvre de Nancy Sinatra – raretés et faces B incluses. L’ami Christophe Conte lui a parlé pour Libé et c’est ici.

NOGA EREZ

Pop, electro, hip-hop à la fois, moderne sans aucun doute, la pop de la productrice, chanteuse (et modèle) israélienne Noga Erez se déploie en majesté sur l’album KIDS, son deuxième. Comme elle l’a expliqué à notre rédactrice Alexandra Dumont, cet album est hanté par la mémoire du corps contraint. Engagée, politique, féministe : une artiste de son temps. Une référence du catalogue City Slang.

LUKE HAINES

Luke Haines est une vieille connaissance. Après plus de trente ans de carrière au sommet de l’expression pop, le songwriter anglais fait paraître Setting the Dogs on the Post Punk Postman, son quatorzième disque solo si on inclut son travail avec Peter Buck l’an passé. On est dans la moyenne haute de ce qu’Haines peut délivrer. La magie pure est rare mais il n’y a pas d’ennui.

DEPARTURE LOUNGE

L’exemplaire et artisanal label Violette Records nous a réchauffé le cœur en début d’année en annonçant la reformation de Departure Lounge autour de Tim Keegan en début d’année. Avec Peter Buck en guest star (décidément), Transmeridian est un long courrier très ample qui tiendra le défi du temps long.

RENÉE REED

Une guitare héroïne (voir notre n°213) comme on les adore à Magic. Une guitare, une voix, une vision, une certaine idée du rêve et de la poésie : Renée Reed fait paraître un merveilleux premier album chez Keeled Scales. La jeune femme vient de Louisiane, n’avait rien d’autre que deux singles derrière elle l’an passé (Out Loud, Until Tomorrow). Elle commence sa carrière par un chef-d’œuvre éponyme.

ALBAN CLAUDIN

Le claviériste Alban Claudin, vu notamment avec Clara Luciani, fait paraître It’s a long way to happiness (titre à méditer par les temps qui courent), son premier album solo, articulé autour de rêveries pianistiques au son sensible et chaleureux. Il soutient le regard de la référence du genre, le Solo Piano de Gonzales (2004), rappelle parfois le meilleur Yann Tiersen et signe l’acte de naissance d’un grand artiste à la personnalité irradiante.

Floating Points / Pharoah Sanders / The London Symphony Orchestra

Jazz, pop, contemporaine… Impossible de classer la musique née de la rencontre entre Floating Points (le producteur britannique Sam Shepherd), le saxophoniste culte Pharaon Sanders (d’une expressivité stupéfiante à 80 ans !) et l’orchestre symphonique de Londres. Les neuf mouvements de Promises sont une coulée musicale éblouissante, difficilement intégrable à une playlist, ce qui nous permet de vous renvoyer toutes affaires cessantes à cette masterpiece.

FYRS

Lost Healing, sous le nom de Fyrs, est le premier maxi auto produit du musicien français Tristan Gouret (auteur-compositeur et interprète). Il a mûri ces six chansons à Bristol. Elles racontent les premiers chocs de la vie d’adulte (deuil, rupture…) et la dilution des mondes auxquels on avait cru pouvoir rêver. C’est un work in progress mais le jeune homme a beaucoup de belle pop à offrir.

SPECIAL FRIEND

Ennemi commun est le premier album du duo americano-parisien Special Friend, dont nous avions chroniqué le premier maxi. Erica Ashleson (batterie, voix) et Guillaume Siracusa (guitare, voix), aidés ici par Vincent Hivert (En Attendant Ana, Belmont Witch) proposent une pop à guitares qui descend directement de Yo La Tengo et Electralane. Une double signature Howlin Banana et Hidden Bay.

TUNE-YARDS

Très actifs entre 2009 et 2018, quasi silencieux depuis, Merrill Garbus et Nate Brenne livrent le cinquième album de Tune-Yards, sous le prestigieux patronage de 4AD. Sketchy propose une pop colorée, luxuriante, née dans le home studio de ce duo sur la scène et couple à la ville. D’abord introspective et tendue, la musique a gagné en good vibes quand les deux musiciens ont réalisé que leurs fans avaient besoin d’eux pour aller mieux.

L’IMPÉRATRICE

On ne va pas se mentir : Tako Tsubo est un événement au regard du phénomène que L’Impératrice est devenu dans le paysage de la pop française. On reste globalement insensible à un disque aimanté par les sonorités faussement funky des synthés eighties. Voici quand même le morceau Souffle au cœur, qui ne ferait pas pâle figure comme face B de Moon Safari

RONE

L’hyperactif électronicien français Rone fait paraître chez InFiné un disque au titre cristallin, Rose & Friends, addition de featurings réalisés pendant le confinement à coup d’échanges de fichiers. Un disque sans cap clair, mais qui permet de piocher de beaux moments, comme cette mise en valeur du timbre de Dominique A sur des nappes électroniques qu’Underworld n’aurait pas reniées.

WENDY MARTINEZ

La chevauchée électrique est un charmant maxi porté par l’une des trois chanteuses de Gloria. Wendy Martinez s’exprime ici en français, gardant le meilleur des deux mondes qui l’ont construite comme musicienne, l’univers rétro-pop de la fin des sixties, et l’amour de la chanson à texte (Ferré, Gainsbourg, Fontaine, Vassiliu…). Le morceau Kilomètre zéro aurait eu sa place sur la fabuleuse compilation 69, année mélodique, parue chez Fanon Records en 2014, souvenir d’une grande variété française à jamais emportée.

CHANTAL ACDA

Saturday Moon, quatrième album de Chantal Acda, a été enregistré avec le renfort prestigieux de Bill Frisell ou Borgar Magnason. Il donne à la musique de l’artiste néerlandaise un potentiel atmosphérique et lyrique dans lequel elle excelle.

THE ANTLERS

Transgressive et [PIAS] accueillent le renouveau discographique de The Antlers, groupe new-yorkais bénéficiaire d’une hype méritée dans les années 2010 pour Hospice surtout Familiar. Avec Green to gold, le chanteur David Silberman a voulu écrire un disque du matin, presque de l’aurore, ouvert sur les lueurs de l’existence mais qu’irradie encore un profonde mélancolie.

MEHRO

A 21 ans, Mehro a encore le temps de devenir un songwriter et producteur de génie, comme l’indiquent sa facilité mélodique et vocale, dans un univers qui rappelle parfois le grand Sufjan Stevens. Il peut aussi devenir un objet marketté et auto-tuné instagrammable sans substance. Au-delà même de la vitesse à laquelle sont allées les choses pour lui entre 2020 et 2021 sur la fois du succès en ligne de ses premières chansons, Sky on Fire oscille entre les deux futurs possibles. Vos pronostics ?

CLEVER GIRLS

Originaires de Burlington dans le Vermont, les Clever Girls proposent une pop de facture classique, nourrie aux guitares claires, aux batteries rectilignes et aux voix blanches. Constellations est le deuxième album composé en réalité de trois hommes et une femme. Pas de rupture majeure dans l’histoire de la pop, mais peut-être un beau moment pour votre après-midi.

BEN HOWARD

Il est LA signature pop anglophone du label Tôt ou Tard. La musique de Ben Howard n’est peut-être pas assez cabossée pour nous émouvoir sur la durée, mais Sorry Kid, son quatrième album, confirme que Benjamin John Howard sait écrire d’excellentes chansons.

UNKLE

Ronin I confirme le regain d’activité du mythique projet trip-hop Unkle de James Lavelle et Tim Goldsworthy, avec un album tous les deux ans depuis son retour en 2017. Les recettes évoluent peu : des samples, des rythmiques massives et futuristes, des arrangement de l’espace et des voix qui se fondent par magie dans cet univers, comme ici Michael Kiwanuka.

XIU XIU

D’un côté, le projet de pop expérimentale américain de Jamie Stewart (Xiu Xiu). De l’autre, des invités prêts à entrer en territoire inconnu pour un disque de duos aventureux, OH NO. Sur le titre The Grifters, Hayleh For (aka Circuit des Yeux) relève brillamment le défi – et c’est évidemment un paysage sonore jamais entendu jusqu’ici.

REAL ESTATE

Half a Human est présenté comme un maxi par Domino Records même si, avec 28 minutes, il a la durée d’un petit album. C’est la mise en forme définitive de morceaux nés au cours de l’enregistrement de The Main Thing (2020) et arrangés par le groupe pendant le confinement, selon un processus très neuf pour ses membres.

THE PEACERS

L’héritage ancestral  du rock n’ roll est porté ce vendredi par The Peacers. C’est le troisième album du projet de Mike Donovan, qui a traversé l’Amérique d’Ouest en Est pour proposer son troisième album intitulé Blexxed Rec, trois ans après Introducing the Crimsmen. Donovan a enregistré avec le même groupe, un rock habité qui réhabilité les guitares avec l’âme des résistants.

LOST GIRLS

Première précision : ce Lost Girls-là n’a rien à voir avec le duo composé de Patrick Fitzgerald et Heidi Berry sur les cendres de leur départ de 4AD fin 1998. C’est un projet norvégien, on excusera donc un premier album au nom imprononçable, Menneskekollektivet. Né de l’association entre Johnny Hval et Håvard Volden, Lost Girls joue de tous les contrastes avec dextérité.

THE ORIELLES

Un an après leur très bel album Disco Volador, The Orielles proposent un disque surprenant, qui revisite en partie l’héritage récent de cet album et le prolongent de morceaux composés pour la bande originale d’un film réalisé par eux-mêmes et à paraître cet été. Charme intact et habile façon de compenser l’absence de scène pour le quatuor d’Halifax.

FLOATIE

S’il était sorti en 1999, Voyage Out de Floatie aurait été rangé parmi les albums références du post-rock alors en pleine hype. Le quatuor chicagoan expérimente avec fougue entre ses références rock, son goût pour la dissonance, l’a-rythmie et la richesse harmonique issue du jazz. Epatant.

SIMON PROVENCHER

Mesures est le premier maxi du guitariste Simon Provencher, vu dans le groupe post-punk Victime. En solo, il arpente les terrains de l’expérimentation jazz avec une verve et une audace à laquelle il faut au moins goûter.

LONEY DEAR

A Lantern and a Bell est un court album (27 minutes pour 9 morceaux) dans lequel Loney Dear (le Suédois Emil Svanängen) se déploie en toute épure autour du piano et de sa voix. Adoubé par Real World, le label de Peter Gabriel, Loney Dear s’y révèle assez émouvant.

MATTHEW E. WHITE & LONNIE HALLEY

Matthew E. White confirme qu’il est l’un des cerveaux les plus précieux de la pop contemporaine avec un troisième maxi d’expérimentation en duo avec l’activiste américain Lonnie Holley, Broken Mirror (A Selfie Reflection) / Composition 9. Un album de cette trempe, ce serait magnifique.

O-P-L-E-N

Le Suédois Henrik Sunbring (moitié du duo post-kraut Domus) mène depuis 2005 le projet o-p-l-e-n, un avatar expérimental dans le plus pur esprit du WARP des débuts. Sa dernière mixtape, qui paraît en digital et en cassette, a été enregistrée et composée au cours d’improvisations appliquées à une technique différente par chansons. 

EL MICHELS AFFAIR

Yeti Season, chez Big Crown Records / Modulor, est le troisième album d’El Michels Affair, projet du musicien new-yorkais Leon Michels. Ce grand ensemble fantasme une soul cinématographique et semble vouloir enrichir avec cinquante ans de recul le patrimoine de la Great Black Music de cette époque. Promis, ce n’est pas une réédition.

STR4TA

L’hyperactif producteur Gilles Peterson et son ami Jean-Paul ‘Bluey’ Maunick proposent Aspects (Brownswood / Bigwax), un album inspiré de la scène brit-funk du début des années 1980.

TAME IMPALA

Inner Speaker, acte de naissance de Tame Impala, célèbre ses dix ans avec un coffret vinyle 4 LP comprenant de nouveaux mixsd’Alter Ego, Runway, Houses et City, Clouds, des démos, un inédit (Wave House Live Jam) et les différentes options explorées pour l’artwork. Putain, dix ans.

NEIL YOUNG

Young Shakespeare (live) est issu d’un des tous premiers concerts enregistrés par Neil Young (et en l’occurrence, une équipe de télé allemande). Nous étions le 22 janvier 1971 au Shakespeare Theater de Stratford, dans le Connecticut. Neil Young est seul à la guitare pour défendre le répertoire d’après After the Gold Rush. Au top, quoi.

FIRST AID KIT

Les sœurs Johanna et Klara Söderberg proposent Who by Fire, un album tribute à Leonard Cohen enregistré en concert en 2017. Pourquoi pas.

AMY WINEHOUSE

At the BBC, trois versions live et rares d’Amy Winehouse, est le teaser proposé aux fans avant la parution, le 7 mai, d’une version augmentée 3CD et 3LP de l’album live paru en 2012. For fans only.

VARIOUS ARTISTS / Edo Funk Explosion

Analog Africa et Modulor font renaître, avec Edo Funk Explosion Volume 1, un CD et un double album, l’edo funk, genre né à Benin City, au Nigeria, né de la fusion des sons de la culture et des rythmes funky plus occidentaux qui cartonnaient dans les boîtes de nuit. Né dans les années 1970, ses grands noms sont Osayomore Joseph And The Creative Seven, Akaba Man & The Nigie Rokets et Sir Victor Uwaifo And His Titibitis, très présents dans ce volume 1.

VARIOUS ARTISTS / EFFICIENT SPACE

OZ ECHOES, DIY Cassettes and Archives 1980​-​1989 est une plongée dans la scène DIY australienne des années 1980, proposée par le label de Melbourne Efficient Space. Une collection de dix trésors enfouis disponible en numérique ou en vinyle, et qui nous conforte dans l’idée que l’Australie est finalement une terre très proche.

JOE STRUMMER

C’est un plaisir facile de choisir une version inédite de Rudie can’t fail pour marquer la parution de Assembly, un disque de 16 morceaux issu des nombreuses archives de Joe Strummer, leader du Clash disparu en décembre 2002. Ce morceau, ainsi que Junco Partner (Acoustic) et I Fought The Law, avaient été enregistrés un an avant à la Brixton Academy de Londres le 24 novembre 2001. Disponible en numérique, deluxe CD et 2LP.

THE DURUTTI COLUMN

Factory Benelux ressort dans une luxueuse édition CD Circuses and Bread, le septième album de The Durutti Column paru en 1986. Les neuf morceaux, alors enregistrés en quartette, sont enrichis d’inédits, notamment Greetings Three et The Aftermath.

VARIOUS ARTISTS / The Secret Museum

Les puristes du son parmi vous seront subjugués par The Secret Museum Of Mankind, Guitars Volume 1 – Prologue To Modern Style, premier disque le série The Secret Museum consacrée à un unique instrument. Cette série redonne vie, depuis 1998, à des musiques rares issues des archives du collectionneur de 78-tours Pat Conte. Elle propose ici des sons rares d’Espagne, de Grèce, de Papouasie-Nouvelle-Guinée ou encore du Ghana des années 1920 et 1930.