Dernière minute
31 août 2019
Frédéric Lo, en show case mercredi lors de la release party de Magic
Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Frédéric Lo, en show case mercredi lors de la release party de Magic

Auteur d’un très bon Hallelujah! en début d’année, en attendant un album de duos avec Bill Pritchard pour le 25 octobre, Frédéric Lo nous fera l’amitié d’un show case au Walrus, le 4 septembre à 19 heures, pour la release party du Magic n°217. L’occasion pour nous de republier cet article sur ce musicien complet, qui a le luxe de choisir quand il veut servir sa musique ou celle des autres. Le partenaire de Daniel Darc sur le mythique Crève-cœur se raconte.

TEXTE : CÉDRIC ROUQUETTE
PHOTOGRAPHIE : JULIEN BOURGEOIS POUR MAGIC

ÉVÉNEMENT : Release Party Magic n°217, mercredi 4 septembre à 19 heures, au Walrus, 34 TER Rue de Dunkerque, 75010 Paris.


C’est Frédéric Lo lui-même qui nous suggère la formule :
«J’ai un peu l’impression d’être ce que les Anglo-Saxons appellent un late blossom : quelqu’un qui a une floraison tardive». Hallelujah!, paru en février, est le troisième album d’une carrière solo débutée en 1997, après des années en groupe sur la scène alternative. «J’ai fait deux albums qui me semblent inaboutis, mais j’ai aussi l’impression qu’il était nécessaire que je réalise tout mon parcours pour que ce disque ait un sens, narre-t-il. Les groupes que j’aime ont souvent mis assez longtemps à arriver à ce qu’ils voulaient.»

Dans le parcours de compositeur, arrangeur, réalisateur et producteur mené par Frédéric Lo dans l’intervalle, Crèvecœur (2004), le mythique album de Daniel Darc, occupe un rôle-pivot. «Le troisième album solo que j’aurais dû faire, il y a environ dix-huit ans, devait être ce qui est devenu Crèvecoeur. Le matériau était là. Mais un ami m’a proposé de faire une chanson pour Daniel, qui était un voisin, et dont j’avais fait la première partie des années plus tôt. À partir du moment où on s’y est mis, on a décidé de continuer. À chaque fois parce que je lui proposais des mélodies, Daniel composait un texte. C’était une vraie décision de travailler à deux, puis de rester dans un schéma où ce serait “son” album.»

Producteur du disque au sens propre du terme – il est le propriétaire du master – Lo entama alors un long cycle où il a préféré mettre ses compétences au service des autres. «J’aurais pu refaire un album plus tôt, cela m’a été proposé, mais j’étais tellement excité par le fait de produire plein de projets que j’ai préféré continuer.» Grâce à son travail avec Thiéfaine, Stéphane Eicher, Pony Pony Run Run, Josh T. Pearson et quelques noms encore plus bankables (Florent Pagny, Maxime Le Forestier, Cali, Alizée…), il a acquis l’indépendance financière – «tabou en France» – d’où naît son indépendance artistique.

Retracer la genèse d’Hallelujah! est, à ce titre, un jeu de pistes sans issue, dont Lo préfère rire. «On peut dire que je suis dessus depuis cinquante-quatre ans, résume-t-il d’une formule sans ambiguïté sur la part de lui-même qu’il y a laissée. La plus ancienne chanson, Cet Obscur Objet du désir, a été commencée il y a vingt ans.» Lui qui n’aime rien davantage que «la confrontation avec un artiste» dans le studio a dû accepter, cette fois, le face à face avec lui-même. «Ça demande une souplesse un peu schizophrénique et on court le risque d’une exigence trop basse ou, dans mon cas, haute. Quand je travaille avec quelqu’un, je sais tout de suite si ça ne va pas. Pour moi, je devais parfois réécouter une semaine après.»

Son prochain projet : un disque de duos avec Bill Pritchard, le 25 octobre. Il a cocomposé toutes les chansons avec le songwriter britannique. L’album sortira sous le nom des deux artistes, contrairement à Crèvecœur. Sur la pochette d’Hallelujah!, Frédéric Lo apparaît en gros plan, surexposé, les yeux plantés dans ceux de l’auditeur. Éclosion d’un artiste solo.

Repères

• 1964 : Naissance à Rodez

• 1978 : Assiste à son premier concert, Elvis Costello période This Year’s Model, grâce au journaliste Alain Wais

• 1990 : Avec son groupe Eleonora, fait la première partie de Daniel Darc

• 1997 : Premier album, La Marne bleue

• 2000 : Deuxième album, Les anges de verre

• 2002-2003 : Compose et produit Crèvecœur avec Daniel Darc

• 2009 : Réalise et arrange You Need Pony Pony Run Run, Prix révélation du public lors des Victoires de la musique 2010

• 2019 : Troisième album, Hallelujah! et album de duos avec  Bill Pritchard, Rendez-vous Streets (le 25 octobre, Water Music / Differ-Ant)

Chronique

Frédéric Lo dévoile des mélodies intelligemment simples et accrocheuses (La Clairière, Le Bruit qui Court), portées par sa voix fine et chic. Deux adjectifs qui conviennent également aux nombreuses collaborations de Hallelujah !. Quelques réminiscences des années quatre-vingt apparaissent à travers les claviers de Cet Obscur Objet du Désir, gaie ballade chantée avec Stephan Eicher, qu’on croirait occupés par Jacno. Un bel hommage aussi : l’Eno Song avec l’extraordinaire Robert Wyatt. La classe, quoi.

Marie Moussié ••••°°

Partager sur Facebook Partager sur Twitter