Listomania
28 novembre 2019
« Bas les masques » : le Top 2019 de Julien Bouisset
Partager sur Facebook Partager sur Twitter

« Bas les masques » : le Top 2019 de Julien Bouisset

Jusqu’à la fin de l’année, nos rédacteurs publient le Top 10 de leur année pop. Voici celui de Julien Bouisset. Le Top de la rédaction sera publié dans nos hors-séries de fin d’année à pré-commander et à pré-financer ici.

  1. ORVILLE PECK – Pony (Sub Pop)
  2. ANGEL BAT DAWID – The Oracle (International Anthem)
  3. FAT WHITE FAMILY – Serfs Up! (Domino Records) 
  4. PIXIES – Beneath the Eyrie (Infectious Music)
  5. RACHID TAHA – Je suis africain (Naïve Records)
  6. WHISPERING SONS – Image ([PIAS])
  7. L’ÉPEE – Diabolique (Because Music)
  8. TINARIWEN – Amadjar (WEDGE / [PIAS])
  9. LEONARD COHEN – Thanks for the Dance (Sony Music / Columbia)
  10. IBIBIO SOUND MACHINE – Doko Mien (Merge Records / Differ-Ant)

+ LES MASQUES – Brasilian Sound (Le Très Groove Club)

Le masque pour résumer cette année musicale. D’abord, quand il s’associe au crooner mystérieux Orville Peck, il devient le plus bel OVNI musical de 2019. En chantant la musique country comme un cow-boy new wave, le jeune Canadien chevauche son premier album Pony dans un rodéo d’influences et de productions millimétrées qui feront date. 

Ensuite, en guise de masque mortuaire, deux mastodontes nous nous ont laissé deux somptueux albums posthumes. Rachid Taha dans son Je suis Africain concentre le punk, les tonalités orientales et une novlangue dont lui seul avait le secret. Malheureusement. 

Pour feu Leonard Cohen, disparu il y a trois ans, son fils a produit un ultime chapitre de ce mastodonte avec des inédits et la présence de nombreux artistes à l’instar de Richard Reed Parry d‘Arcade Fire ou encore Beck. Thanks For The Dance est la dernière danse de Léonard Cohen, profonde et puissante.

Nos hors-séries de fin d’année à pré-commander ici

Enfin, sur sa dernière trouvaille, Fuzati, rappeur toujours masqué du Klub des Loosers a réédité le superbe album Les Masques via son label Le Très Groove Club. L’occasion de raconter, en musique, l’histoire du Trio Camara brésilien qui forme un groupe passé inaperçu avec des fanatiques français de la cuíca. Cet album ne fût tiré, à l’époque, qu’à seulement 500 exemplaires sur CBS. Et ressuscite, aujourd’hui. Un joli bonus. 

L’année passée a enfin permis de démasquer quelques nouveautés hautement calibrées. Grâce à Image, le quintet limbourgeois des Whispering Sons, forme probablement avec la voix de Fenne Kuppens le « meilleur groupe belge de 2019 ». Même rengaine avec Pixies et son Beneath the Eyrie, qui trois ans après Head Carrier, prouve que Black Francis en a toujours autant dans le crane. Pour mon plus grand plaisir. 

Julien Bouisset a plongé tête baissée dans la musique, en avril 1994, à la mort de Kurt Cobain. Depuis, il est devenu musicien, DJ, et surtout journaliste. Il affûté sa plume à Lui MagazineL’Obs, en passant par MondomixLe Bonbon ou encore Schnock. Il a rejoint Magic il y a deux ans.
Partager sur Facebook Partager sur Twitter