Le Magic de juillet-août est en kiosque

Le numéro 222 de Magic sera disponible dans tous les kiosques ce jeudi 2 juillet.

On la suit depuis ses débuts dans le beau duo John & Jehn. Après avoir mûri et explosé au sein de Savages, voilà Jehnny Beth en solo. Son premier disque, To Love Is To Live, est un disque magistral, aussi violent que tendre. Un coup de cœur de notre numéro 221. Autrice, actrice, musicienne, cette artiste est à l’image de sa musique : inclassable et totale. Il nous fallait vous en dire plus sur cette femme qui aime avant tout se renouveler.

Dans la rubrique Presque Célèbre des Repérages Pop Moderne, Jean-Marie Pottier vous présente Eve Owen, collaboratrice de The National. François Gorin, auteur du culte Sur le rock, se confie dans le grand entretien sur son rapport au romanesque alors qu’il publie Louise va encore sortir ce soir, vendredi 3 juillet chez Médiapop Éditions. Nous inaugurons également une nouvelle rubrique “Tu l’as dit ou pas”, pour confronter les artistes à leurs propos relayés dans les médias. Le premier à se prêter à l’exercice se nomme Wax Tailor. On vous présente également Ludovic Lorre à Binic, organisateur du Binic Folks Blues Festival et Ludovic Bousquet-Carton à Mérignac, programmateur du Krakatoa, mythique salle girondine désormais trentenaire. Sans oublier le traditionnel cahier critique pour nourrir vos playlists estivales !

Dans la section Revue Pop Moderne, à côté de notre longue rencontre avec Jehnny Beth, nous tendons également le micro aux Irlandais de Fontaines D.C. et à Emily Loizeau. Violaine Schütz vous croque le portrait de l’insaisissable Fiona Apple et Alexandra Dumont établit la généalogie des Glam Brothers, ces duos de frères, comme Faux Real, The Lemon Twigs et bien sûr Sparks, qui frayent dans le glam rock. Nous sommes aussi allés à la rencontre de nos amis des festivals pour prendre de leurs nouvelles et faire un état des lieux alors que la pandémie de Covid-19 a annulé la plupart de ces événements.

Pour finir, les Rembobinages Pop Moderne accueillent de grandes histoires. Celles du #3 de Diabologum, des mouvements de pop internationaux fauchés par les révolutions des années 1970, une mise en parallèle des parcours de Bob Dylan et de Neil Young, le répertoire de la bedroom pop, ainsi que la genèse de It’s Not about a Salary: Rap, Race, and Resistance in Los Angeles de Brian Cross, premier livre sur les violences policières dans la chronique Subbacultcha de Pierre Evil.