© 4AD

La Femme, Olivier Rocabois, 4AD, Dry Cleaning et les sorties du 2 avril 2021

La Femme, Olivier Rocabois, Dry Cleaning, Godspeed You! Black Emperor font partie des sorties d'albums du 2 avril 2021 ​dans la playlist de Magic.

LA FEMME

Le troisième album de La Femme, le premier depuis cinq ans, est de loin le meilleur du groupe français et un défi lancé aux sceptiques. Recentré autour de l’écriture de Marlon Magnée et Sacha Got, Paradigmes regorge de mélodies parfaites, de refrains accrocheurs et de couleurs sonores profondes et explosives. A la fois instantané et assez riche pour marquer les mémoires. Le grand disque de pop française cette année ?

DRY CLEANING

New Long Leg est le premier album, paru chez 4AD, du groupe londonien révélé l’an dernier par les maxis Boundary Road Snacks and Drinks’ et ‘Sweet Princess. Grand groupe en marche, porté par la prod John Parish, la voix tendue de Florence Shaw, et le son de Nick Buxton (batterie), Tom Dowse (guitare) et Lewis Maynard (basse), à mi-chemin entre les Smiths et le post-rock chicagoan.

LUMER

Le label rennais Best Records est allé dénicher à Leeds ce quatuor anglais, Lumer, qui propose ici son deuxième maxi, The Disappearing Act, pressé en vinyle (le précédent avait été sorti sur cassette par Hidden Bay Records en 2018). Un post-punk engagé, jouissif et prometteur. Et sinon, l’influence de Shame sur le rock anglais, on en parle ?

THE APARTMENTS

Talitres poursuit son travail de mise en lumière de l’œuvre de The Apartments avec la réédition, pour la première fois en vinyle, d’A Life full of farewells. Troisième album du groupe de Peter Milton Walsh, il était paru en 1995, où il avait instantanément acquis le statut d’œuvre le plus aboutie du groupe australien après The Evening Visits…and Stays For Years (1985) et Drift (1992).

VARIOUS ARTISTS / 4AD

Bills & Aches & Blues est l’idée géniale, et pour tout dire assez émouvante, qu’a eue 4AD pour marquer ses quarante ans (quarante-et-un en réalité aujourd’hui) : demander aux artistes actuellement signés de reprendre un morceau-phare de son catalogue. D’une grande cohérence artistique, Bills & Aches & Blues paraît en numérique aujourd’hui et bénéficiera d’une sortie physique le 23 juillet. Dans ce musée de notre mémoire, nous avons retenu la reprise par Efterklang de Postal, deuxième morceau du sublime album Writers without home de Piano Magic (2002).

GODSPEED YOU! BLACK EMPEROR

Le groupe culte du label Constellation publie son dixième disque en plus d’un quart de siècle d’existence, sans dévier de sa ligne musicale tendue, qui plonge son poing dans les plaies du monde pour tenter d’en extraire sens et beauté. Visionnaires, encore, sur ce G_d’s Pee AT STATE’S END!

NILS FRAHM

Graz est en réalité paru le 29 mars, jour du Piano Days inventé par Nils Frahm lui-même en 2015. C’est une archive inédite datant de 2009, enregistrée à Mumuth, l’université de musique et des arts du spectacle, dans le cadre de la thèse Conversations for Piano and Room produite par Thomas Geiger. C’est un document qui permet de plonger aux racines de la singularité de Nils Frahm alors en pleine affirmation artistique : il apprivoise cet instrument qui le fascine en appliquant son bagage classique à d’autres écritures – pop, jazz et bientôt electro.

OLIVIER ROCABOIS

Le meilleur disque de classic pop aura peut-être été made in France cette année. Cette pop, de Beatles à Bowie, de Left Banke aux Pale Fountains, Olivier Rocabois la connaît par cœur, la chérit et lui consacre son premier album, Olivier Rocabois goes too far (après le maxi Ship of woman en 2019).

MATT LOW

Microcultures et Kuroneko font paraître le premier album de Matt Low, La Ruée vers l’or. On ne sait pas si Matt vient d’avoir ou aura bientôt quarante ans, mais ce premier album, influencé par la figure de Jean-Louis Murat, est la somme de son rapport à la vie, ses miracles et ses sales coups. « J’ai attendu si longtemps que l’empreinte d’un loup se dessine » écrit joliment celui qui joue notamment dans The Delano Orchestra (depuis 2006), Garciaphone (jusqu’à 2018) et fut bassiste de scène pour Elysian Fields.

PIERS FACCINI

Piers Faccini, désormais chez NoFormat, est très inspiré sur Shapes of the Fall, un album où son univers folk est teinté de puissantes inspirations venues du Maghreb et de l’Afrique de l’Ouest.

RILEY WALKER

Très prolifique depuis son acte de naissance discographique en 2014, l’artiste chicagoan Riley Walker nous gratifie de son dixième album (collab’ incluse), avec Course in Fable, le premier sous son seul nom depuis 2018. Ouvrage solide, sous la direction artistique de John McEntire (Tortoise, Sea and Cake).

AKSAK MABOUL

Le projet de Marc Hollander et Vincent Kenis, redevenu actif avec l’excellent double disque Figures, il y a un an, sacrifie à l’exercice du remix avec ce maxi de cinq relectures. Ecoutez ici Silouhettes, remixé par Vanishing Twin, le clash intrigant de deux univers singuliers.

SOURDURE

Ernest Bergez, musicien vu chez Orgue Agnès, Kaumwald ou Tanz Mein Herz, continue de mener un travail d’une folle singularité sous son projet solo de Sourdure. Une musique franco-occitane, au carrefour de la musique traditionnelle et de la musique de recherche, dans la plus grande éthique pop – au sens « pour être écouté du plus grand nombre ». De Mort Viva paraît via Les Disques du Festival Permanent

HEY KING !

Produit par Ben Harper et publié par le label de Los Angeles Anti-, Hey King! est le premier disque éponyme d’un duo à la scène comme à la ville composé de Natalie London et Taylor Plecity. Prometteur plus que totalement convaincant.

FLOCK OF DIMES

Flock of Dimes est le projet solo de Jenn Wasner de Wye Oak. Head of Roses, son deuxième album, est publié par Sub Pop. Un bel album de plus sur l’acceptation de soi, thème majeur de la période chez les artistes indie féminines depuis une poignée d’années.

Bryce Dessner, Australian String Quartet & Sydney Dance Company

Bryce Dessner, connu comme guitariste de The National, mais dont la vie de musicien s’épanouit au moins autant dans l’univers du contemporain, fait paraître ici pour la première fois la totalité de son travail pour l’Australian String Quartet & Sydney Dance Company, dont les premières notes étaient parues en 2020 sur des vidéos mettant en scène les corps de Mia Thompson and Riley Fitzgerald. Dessner le fait paraître sur le label 37d03d, qu’il a fondé avec son frère Aaron et Justin Vernon (Bon Iver).

IT IT ANITA

La noise music est bien vivante et le quatuor belge It It Anita, signé chez Vicious Circle, en est l’une des figures les plus respectées depuis l’impact de son Laurent paru en 2018. Sauvé a plus d’amplitude mais sonne quand même comme un fantasme pour le retour des bières renversées dans des salles en sueur.

Kishi Bashi

Le fondateur de Jupiter One et ex-Of Montreal Kishi Bashi publie un maxi de 6-titres, Emigrant. C’est une méditation, aux sonorités folk et country, à caractère historique, sur l’histoire de l’Ouest américain, en résonance avec son attirance pour la nature et l’anxiété déclenchée par la situation épidémique.

GARY BARTZ

Le sixième volume de la série Jazz is Dead d’Adrian Younge et Ali Shaheed Muhammad n’est pas le plus inoubliable. La saxophone de Gary Bartz prouve qu’une certaine idée du jazz avec sax suave et coulant n’est pas tout-à-fait morte… Exemplaire série, cependant, que nous continuerons de suivre pour nous.

CRIMI

Non, vous n’écoutez pas du Altin Gün, et pourtant la pop de Crumi a quelque chose qui en épouse les codes. L’album Luci e Guai est le premier du Lyonnais Julien Lesuisse et de son groupe. Descendant d’une famille italienne par sa grand-mère, il esquisse ici ce qu’il appelle lui-même une soul de Sicile. Cela vaut le coup d’oreille.

LUCA YUPANQUI

Sacred Bones Records fait paraître l’un des albums les plus intrigants de tous les temps, le premier, pour résumer, qu’un.e artiste a enregistré avant sa naissance, quand sa vision du monde et de l’univers se résumaient au liquide amniotique du ventre maternel. Fille de la bassiste de Psychic Ills Elizabeth Hart et d’un musicien souvent associé à Lee “Scratch” Perry, Iván Diaz Mathé, Luca Yupanqui n’est encore qu’une enfant mais elle a assisté – et semble-t-il influencé – au mixage de Sounds of the Unborn, qui n’est rien d’autre que la traduction en sons électroniques, via la technologie du MIDI technology, de ses mouvements in utero.

THE DRUMS

The Drums, le projet du New-Yorkais Jonny Pierce, objet d’une jolie hype au début des années 2010, publie une série de 22 démos, raretés et autres remixes sur Mommy Don’t Spank Me.

PICTISH TRAIL

Le projet de l’Écossais Johnny Lynch soumet quelques-uns de ses morceaux à l’exercice du remix, d’où ce Dream wall remix EP. Ici Slow memories par Callun Easter.