Côme Ranjard par Arthur Albaz

Exclu : “L’Enfant casanier” de Côme Ranjard ou l’hymne des gens timides

Côme Ranjard vous offre la primeur du clip de "L'Enfant Casanier", morceau titre de son bel EP à paraître le 17 juillet.

Chez certains, un jour où l’autre, ce sentiment s’estompe, puis disparaît. Mais chacun, un jour où l’autre, a déjà éprouvé cette inadéquation, ce décalage, qui pousse à rentrer chez soi, en sa seule compagnie. C’est ce sentiment qui a inspiré Côme Ranjard, pour le très bel Enfant casanier.

Le morceau parle du plaisir trouvé dans la solitude et l’oisiveté, raconte le compositeur de 26 ans. Il parle aussi du malaise social des gens qui ne se sentent pas forcément à l’aise en groupe, qui peuvent se sentir jugés, observés ou bien inutiles au déroulement des évènements extérieurs. C’est à ce moment-là que l’on rentre en étant son propre meilleur ami et que la fête commence solo.”

Passé par les Beaux-Arts de Paris et des musiques plus ambient voire expérimentales, disséminées dans les replis des internet, Côme Ranjard écrit des chansons depuis l’âge de 10 ans. ” J’y ai très vite trouvé un grand apaisement, comme si j’étais dans le bon lieu pour m’exprimer et utiliser les mots que j’aime“, explique celui qui aime citer Haruomi Hosono, Caetano Veloso, Philippe Katerine, Bertrand Belin, Bashung, Gainsbourg et Flavien Berger, autant comme influences que comme “amis indirects”.

Aujourd’hui sorti de la création homestudiste, il s’est entouré de musiciens de jazz pour enregistrer son dernier EP, L’enfant casanier, attendu le 17 juillet. Et le résultat est à la hauteur de ce superbe morceau titre, mélancolique, élégant et romantique. Une pépite.

Voir son précédent clip, le très beau Anémone