Listomania
2 novembre 2017
5 films énormes sur la pop music à voir au F.A.M.E.
Partager sur Facebook Partager sur Twitter

5 films énormes sur la pop music à voir au F.A.M.E.

Il nous fallait un guide pour nous y repérer dans la riche programmation du F.A.M.E., qui aura lieu du 8 au 12 novembre à la Gaîeté Lyrique, à Paris. Ce guide sera Olivier Forest, programmateur de ce festival de cinéma pop où seront projetés, pendant cinq jours, quelques pépites et autres films rares. Olivier Forest en a désigné cinq.

  1. LOST IN FRANCE, de Niall McCann
    Irlande – 2016 – 100’ – VOSTA

C’est l’histoire d’une bande de jeune groupes écossais promus par le mythique label Chemikal Underground. Cette bande se retrouve, en 1997, dans le petit village breton de Mauron pour y donner un concert. Il y a The Delagdos, Mogwai, Arab Strap, alors épaulés par un certain Alex Krapanos, encore loin d’avoir réussi son projet consistant à faire danser les filles avec ses Franz Ferdinand. Tout ce beau monde décide de revenir sur place, dix-huit ans après, en souvenir de cette intrigante expérience. Ce film « est le précieux témoignage d’une utopie pas tout à fait éteinte, celle des labels résolument indépendants et qui tentent de le rester », indique le programme du festival. Tout est lo-fi : la camionnette, le niveau de professionnalisme… Sauf la qualité de l’écriture documentaire. Elle mêle archives, interview à froid, images tournées à Glasgow et en Bretagne. « C’est histoire d’une page qui s’est tournée, témoigne Olivier Forest. Ce retour permet de mesurer le chemin parcouru. Tous les acteurs ont vieilli. Certains ont réussi et d’autres non. On est dans la nostalgie et l’émotion. »

2. BURN THE PLACE YOU HIDE, de Richard Knights
Norvège – 2016 – 115’ – VOSTA

C’est l’histoire d’un artiste doué mais malade, Thomas Hansen, aka St Thomas. Le Norvégien avait entamé en 1999 une oeuvre attachante avant d’être rattrapée par les affres de la dépression puis retrouvé mort dans son appartement d’Oslo le 10 septembre 2007, à 31 ans, sans cause officiellement déterminée. « C’est un portrait très intimiste, indique Olivier Forest, d’un garçon très fragile, très doué mais qui doit faire face à une vraie malédiction intérieure. Avec les tournées, son début de notoriété, il finit par perdre le contrôle, jusqu’à sa mort. » Ses proches et musiciens dessinent le portrait d’un jeune homme qui donnait l’impression de pouvoir se sauver par la musique, mais qui sera plutôt consumé par ses à-côtés. « A Film about St Thomas retrace le parcours de celui qui chantait si bien la détresse des âmes esseulées, l’espoir des rencontres fortuites, l’envie d’en finir enfin » résume le programme du festival.

Première française, en présence de Gary Reynolds, producteur
Vendredi 10 novembre 2017 à 18h30 Auditorium

3. WHERE YOU’RE MEANT TO BEde Paul Fegan
Grande Bretagne – 2016 – 76’ – VOSTA

C’est l’histoire d’Aidan Moffat, leader d’Arab Strap, qui décide de se replonger dans ses racines écossaises à travers l’art ancestral des ballades traditionnelles. Il trouve, en Sheila Stewart, 79 ans, une mentor incroyablement riche et exigeante. De cette rencontre dans les étourdissants paysages de l’Ecosse, naît ce film sur « la transmission d’un patrimoine classique qui a traversé les âges » qui oscille entre drôlerie et émotion pure.

4. TO STAY ALIVE : A METHOD, de Reinier van Brummelen, Arno Hagers et Erik Lieshout
Pays-Bas – 2016 – 70’ – VOSTF

C’est l’histoire d’une inspiration commune entre, excusez du peu, Iggy Pop et Michel Houellebecq,  improbable duo ici mis en scène pour un grand film sur la création. « Les apparitions de Houellebecq et Iggy Pop constituent l’ossature d’un film qui fait miroiter le soleil noir de la mélancolie avec une infinie délicatesse, indique le programme. Sans évacuer les conséquences littéralement mentales, voire psychiatriques, de l’angoisse, de la création, de la vie d’artiste. » « C’est un manuel dépressif à l’usage des artistes, synthétise Olivier Forest. On y voit des gens fragiles mais qui ont réussi, d’autres non, dans un film formellement très fort, porté par un duo hallucinant. »

5. MONTREAL NEW WAVE d’Erik Cimon
Canada – 2016 – 92’ – VOSTF

C’est l’histoire d’une province, le Québec, ancrée dans des traditions vieillottes mais qui, au coeur des années 80, va faire son entrée dans le monde moderne grâce à quelques artistes influencés par Kraftwerk et Devo. « C’est surtout un souffle de liberté qui balaye la ville et s’empare de tous les domaines : musique bien sûr, mais aussi arts plastiques, danse, théâtre, design…, souligne la doc de F.A.M.E. Une forme d’opposition politique au renfermement sur les traditions, et une ouverture au monde moderne. Le Québec est dans la place ». « Sur la forme, c’est un documentaire classique mais très bien fait, enchaîne Olivier Forest.  »

Première française
Samedi 11 novembre 2017 à 14h

Partager sur Facebook Partager sur Twitter