Jacques Duvall – Je Ne Me Prends Plus Pour Dieu

(Freaksville Record/import)

L’amitié entre Jacques Duvall et Benjamin Schoos s’était nouée autour d’un titre country écrit et composé pour Alain Bashung, hélas jamais interprété par l’artiste. Depuis, le jeune stakhanoviste et le parolier prolixe ne se quittent plus – les quelques paroles du (très) Beau Futur (2014) dudit Schoos ou le projet Phantom.

Et l’on reparlera de Duvall à l’occasion de la parution le mois prochain du nouvel album d’Alain Chamfort, dont il a signé tous les textes. Pour l’heure, Je Ne Me Prends Plus Pour Dieu résume l’esprit du personnage, où le pince-sans-rire le dispute au tragique. La politesse du désespoir, dont il est expert, chantée d’une voix féroce et fatiguée.

Enregistrées dans le plat pays, ces dix chansons rêvent les États-Unis sans jamais les nommer. En fait, seuls les instruments (guitares, harmonica, pedal steel, banjo) renvoient au Nouveau Continent. Ainsi que La Vedette Américaine, où Duvall pose ses vers et sert une prose didactique, expliquant l’origine du terme “vedette américaine”, ici métaphore d’une histoire finissante.

D’ailleurs, il ne s’agit que de cela. Des romances vacillantes, la solitude qui rapplique (Tout Seul, Le Prochain), le temps qui file (“Ralf et Florian prenant le Trans Europe Express/Ça semblait tell’ment/Moderne mais maint’nant/Tout ça/C’est si loin déjà” sur La Vieille Locomotive ; le blues frontal Quand Je Serai Incontinent). Vieilli, le génie qui transforma Ti Amo en Je Te Hais a heureusement conservé son fiel intact (“À cause de toi/Tous nos enfants sont laids”).

C’est là toute la classe de Duvall : chanter la country en français sans donner dans le pastiche, glisser de l’humour sans sombrer dans la parodie, ne jamais se prendre au sérieux mais s’entourer de tauliers confirmés (Benjamin Schoos et toute l’équipe du label Freaksville). Ces morceaux ne visent guère plus loin que l’Europe septentrionale mais deviendront de solides compagnons de route. Où qu’elle mène.JTNDaWZyYW1lJTIwc3R5bGUlM0QlMjJib3JkZXIlM0ElMjAwJTNCJTIwd2lkdGglM0ElMjAxMDAlMjUlM0IlMjBoZWlnaHQlM0ElMjA0NzJweCUzQiUyMiUyMHNyYyUzRCUyMmh0dHBzJTNBJTJGJTJGYmFuZGNhbXAuY29tJTJGRW1iZWRkZWRQbGF5ZXIlMkZhbGJ1bSUzRDE3NjQ2NDg5OTMlMkZzaXplJTNEbGFyZ2UlMkZiZ2NvbCUzRGZmZmZmZiUyRmxpbmtjb2wlM0QwNjg3ZjUlMkZhcnR3b3JrJTNEbm9uZSUyRnRyYW5zcGFyZW50JTNEdHJ1ZSUyRiUyMiUyMHNlYW1sZXNzJTNFJTNDYSUyMGhyZWYlM0QlMjJodHRwJTNBJTJGJTJGamFjcXVlc2R1dmFsbC5iYW5kY2FtcC5jb20lMkZhbGJ1bSUyRmplLW5lLW1lLXByZW5kcy1wbHVzLXBvdXItZGlldSUyMiUzRUplJTIwbmUlMjBtZSUyMHByZW5kcyUyMHBsdXMlMjBwb3VyJTIwRGlldSUyMGJ5JTIwSmFjcXVlcyUyMER1dmFsbCUzQyUyRmElM0UlM0MlMkZpZnJhbWUlM0U=

A découvrir aussi

/Sortie • 18 décembre 2020

Paul McCartney, The Reed Conservation Society, Serpent… Ça sort ce vendredi 18 décembre et Magic aime

/Sortie • 12 décembre 2020

M. Ward, Aksak Maboul, The Avalanches… Ça sort ce vendredi 11 décembre et Magic aime

/Sortie • 5 décembre 2020

Nils Frahm, Ichiko Aoba, Gabriels… Ça sort ce vendredi 4 décembre et Magic aime