Wooden Wand – Farmer’s Corner

Sous l’alias Wooden Wand, James Jackson Toth incarne cette Amérique vagabonde, trimballant depuis près de dix ans son folk sur les routes poussiéreuses et enchaînant les collaborations diverses. Il n’est pourtant pas de ces vieux briscards terrés dans la tradition. En effet il a été rattaché à la scène New Weird America, regroupant des musiciens (Animal Collective, Akron/Family, Joanna Newsom, entre autres) qui embrassaient autant qu’ils détournaient les codes du folk et de la country afin d’en faire des objets expérimentaux à la recherche d’un nouveau psychédélisme. Ce nouveau disque se situe exactement à la frontière entre tradition et modernité. D’emblée, Alpha Dawn appose des arpèges country délicats sur lesquels viennent se blottir une guitare slide et la voix chaleureuse de Toth. Plus tard, ce sera au tour de Sinking Feelings de ressasser habilement ces mêmes racines. Sans abandonner les ambiances apaisées, Wooden Wand expose sur le reste de son album une musique plus introspective, sans pour autant verser dans la complainte. Si son folk devient atmosphérique, il ne perd pas pour autant sa bonhommie, comme si Toth nous prenait par l’épaule et nous invitait à contempler l’horizon avec lui.  Dambulding, Home + Horizon ou encore Port Of Call dessinent alors des paysages embrumés qui s’avancent et se retirent au rythme des guitares léthargiques peuplant Farmer’s Corner. James Jackson Toth étire ainsi le temps, éblouit mais n’agresse pas, créant une musique atemporelle rassurante.



A découvrir aussi

/Sortie • 22 août 2020

36 singles qui ont fait notre été et qui annoncent la rentrée (ou pas)

/Sortie • 14 août 2020

14 albums sortis au cœur de l’été (et Magic les aime)

/Sortie • 18 juillet 2020

Yo la Tengo, Jarv Is…, Jonathan Bree… Ça sort ce vendredi 17 juillet et Magic aime

/Sortie • 11 juillet 2020

The Beths, Dominique A, The Streets… Ça sort ce vendredi 10 juillet et Magic aime