The Notwist – Close To The Glass

Le diable est dans les détails. Le diable, toi + moi. Tout est là, caché dans ces chansons d’une richesse stupéfiante, que ne laisse d’abord pas deviner leur rigueur rectiligne et cérébrale. Close To The Glass s’ouvre sur une discrète prise de contrôle : “We wanna be you/We wanna be like you/We wanna walk within you”, annonce Markus Acher d’une voix pâle sur un fourmillement de bleeps électroniques qui va s’intensifier en lames lancinantes. On s’y fond pour onze autres morceaux en crêtes et creux, courants et tourbillons. Électroniques d’abord, tout en sècheresse claquante, comme ce Close To The Glass sublime qui déboussole le chant sur fond de rythmiques et chœurs. Organiques ensuite avec Kong en pièce maîtresse pop, guitares concises lancées vers une fin baroque, la mélancolie au bout des lèvres. La force de frappe de The Notwist a peu d’équivalent aujourd’hui : à bonne distance entre perfection glacée et émotion, sans un regard pour l’époque et ses modes, les frères Acher et Martin Gretschmann ont trouvé un nouvel accord parfait, en concevant pour la première fois leurs chansons ensemble, en amont d’un enregistrement qui en révèle à la fois la cohérence et les aspérités. On a rarement entendu un disque si homogène et pourtant éclaté en humeurs et sonorités différentes : à l’electro fragmentée de From One Wrong Place To The Next succèdent les guitares de 7-Hour-Drive, émouvante variation sur l’héritage de My Bloody Valentine. Il y a mille autres choses ici, où les pôles s’attirent et se repoussent sans cesse : abstraction minimaliste et mélodies (Into Another Tune), dérives aphasiques et refrains rythmés (Run Run Run, parfaite chanson pop des temps modernes). Au cœur de Close To The Glass, les textes de Markus Acher déclinent une poésie de l’absence et de l’inquiétude, avec ses fulgurances, comme sur la très belle Casino et ses répétitions qui sont autant de dévoilements : “One room for us/One room for both of us/One room for us is not available/There’s something wrong/There’s something wrong/ There’s something wrong you don’t tell me/There something wrong with me”.

A découvrir aussi

/Sortie • 14 août 2020

14 albums sortis au cœur de l’été (et Magic les aime)

/Sortie • 18 juillet 2020

Yo la Tengo, Jarv Is…, Jonathan Bree… Ça sort ce vendredi 17 juillet et Magic aime

/Sortie • 11 juillet 2020

The Beths, Dominique A, The Streets… Ça sort ce vendredi 10 juillet et Magic aime