Literature – Chorus

D’abord, il y a ce nom de Literature, un peu pompeux pour un groupe de pop. On aurait presque envie de ne pas pousser plus loin. Toutefois, quand on sait que Chorus est l’une des dernières sorties de Slumberland Records, maison d’excellence depuis vingt-cinq ans, on a des raisons de persévérer. Disons-le immédiatement, Chorus n’a pas plus l’ambition de réinventer la poudre à révolutions que l’inaugural Arab Spring paru en 2012 chez Square Of Opposition Records. À la première écoute, tout semble se dérouler dans un mouchoir de poche, soit les quatre années qui séparent les singles All Fall Down de Primal Scream en 1985 et Ecstasy And Wine de My Bloody Valentine en 1989 – deux références devenues communes dans l’indie pop américaine, surtout depuis le premier essai des ex-camarades de label The Pains Of Being Pure At Heart. The Girl, The Gold Watch, And Everything ouvre le disque avec un enjouement digne d’Orange Juice.

Dans les meilleurs moments, quand la formation laisse flotter ses réverbérations ou se laisse aller à des humeurs plus mélancoliques, on n’est pas loin du jeu d’alchimiste dont Jorge Elbrecht de Violens a le secret (New Jacket, Jimmy, Kites et surtout Chime Hours). La production rutilante de Gary Olson (The Ladybug Transistor) n’est pas pour rien dans la mue du quatuor de Philadelphie, dont la précédente tentative souffrait, en dépit d’excellentes chansons (O.J.), d’un terne éclat. Même dans l’exercice plus éculé de l’écriture de compositions aux guitares jangle, Literature tire les marrons du feu avec des mélodies à tiroir et une immédiateté confondante (The English Softhearts, Blasé, Tie-Dye). Voilà donc bien un groupe actuel pour lequel le passé n’a rien d’un carcan. On espère forcément que les prochaines pages de Literature seront d’un style plus affirmé, mais il serait dommage de ne pas goûter à cette pop élégante que tant de formations singent sans la maîtriser. Il ne s’agit que de littérature de plage, mais cette dernière est de sable fin, bien cachée et sent bon les embruns.


A découvrir aussi

/Sortie • 27 juin 2020

Benjamin Biolay, Arca, Becca Mancari.. : Ça sort ce vendredi 26 juin et magic aime

/Sortie • 13 juin 2020

Jehnny Beth, Animali, Thomas Azier… : Ça sort ce vendredi 12 juin et Magic aime

/Sortie • 5 juin 2020

Les Marquises, Thousand, Brigid Mae Power : Ça sort ce 5 juin et Magic aime