Stephen Steinbrink – Arranged Waves

Stephen Steinbrink est un auteur-compositeur et multi-instrumentiste autodidacte natif de l’Arizona : “C’est dire si je m’y connais en désert. De plus, j’ai grandi dans la banlieue excentrée et parfaitement lugubre de Phoenix, une ville peuplée par les fantômes de la récession.” Sa solution ? Prendre la route comme l’un des clochards célestes de Kerouac, sillonner l’Europe et les États-Unis guitare en bandoulière, incarnant le fameux Loner de Neil Young, chantant sa solitude et sa mélancolie en troubadour des temps modernes avec pour seul contrat un chapeau posé au sol. Les éclatantes premières minutes de Now You See Everything donnent immédiatement la couleur générale d’Arranged Waves – ces magnifiques arpèges renvoyant à The Byrds et une voix de tête douce, caressante et pleine de bienveillance. Appuyé d’un quintette d’amis instrumentistes (dont trois membres de Lake, le guitariste Tom Filardo et la violoncelliste Jen Grady), l’Américain s’est employé à créer un environnement relativement classique – si ce n’est un zeste d’électronique.

Mené par des basses moelleuses et une batterie discrète et souple mais capable de virer jazz à la façon de Steely Dan (Synesthetic Ephemera), l’ensemble est délicatement arrangé de lignes de pedal-steel, de violoncelle et d’harmonies vocales, faisant penser pêle-mêle à Little Feat, Batteaux voire Stephen Stills (Tangerine) ou Paul McCartney (It Takes A Lot To Change A Mind). En dépit de ces hautes références, le travail que produit Stephen Steinbrink n’a que très peu de rapport avec le récent revival folk rock “qui traite de sujets qui n’intéressent que les générations passées. Je détesterais que l’on me mette dans le même sac”. En effet, ce troubadour-là est connecté et les mélodies touchantes et ouvragées qui composent Arranged Waves sont portées par des textes poétiques à fleur de peau et parfaitement ancrés dans leur époque. Si l’on devait absolument se résoudre à comparer son travail avec un autre artiste, disons que la tendresse et la joyeuseté qui se dégagent des compositions les plus organiques de Bibio arrivent en tête.

A découvrir aussi

/Sortie • 27 juin 2020

Benjamin Biolay, Arca, Becca Mancari.. : Ça sort ce vendredi 26 juin et magic aime

/Sortie • 13 juin 2020

Jehnny Beth, Animali, Thomas Azier… : Ça sort ce vendredi 12 juin et Magic aime

/Sortie • 5 juin 2020

Les Marquises, Thousand, Brigid Mae Power : Ça sort ce 5 juin et Magic aime