Chroniques d'albums
9 novembre 2007
Bloem De Ligny - Zink
Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Bloem De Ligny - Zink

Attention, clône. Les fans de Björk ne devront ni tomber dans cle piège, ni trop s’énerver contre cette jeune Hollandaise de 20 ans qui essaie péniblement d’imiter l’Islandaise à ses débuts. Le fait que Zink soit produit par Pete Briquette, bassiste de Tricky, laisse songeur. Dès l’ouverture de Blyo Nix, sa voix de matou affamé agresse. La suite s’inspire de l’humour excentrique de Kate Bush (Capsule, Fingie Crookie), mais le résultat est très éloigné d’Emily Brontë et penche plutôt vers la maison hantée de… Disneyland. Son trip hop morbide (Cells, Amberine, Armage) passe et lasse tant son manque de présence est flagrant. Du folk de Cherubine au rock progressif de Pirates, cette demoiselle n’a pas froid aux yeux et ose un succédané sans âme de Joga avec Ice & Angels. Seule une écoute superficielle de l’ensemble peut faire illusion, comme ces vêtements de supermarché qui copient Alexander McQueen ou Hussein Chalayan sans la coupe. Sauf que le prix de ce disque est le même que celui de ses modèles. Zink, déjà la honte de l’année.

Narumi Omori

Partager sur Facebook Partager sur Twitter