Chroniques d'albums
8 avril 2008
Duran Duran - Red Carpet Massacre
Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Duran Duran - Red Carpet Massacre

Chaque annonce d’un nouvel album de Duran Duran 80 est une bonne nouvelle – comme en témoigne l’excellent souvenir laissé par le précédent Astronaut (2004). De massacre, ce disque n’en a que le titre. Car les quatre dandys de la pop british hédoniste et décomplexée nous offrent un véritable enchaînement de tubes. Le départ définitif du guitariste Andy Taylor fut probablement le détonateur à un virage musical aussi surprenant qu’impressionnant. Nite Runner, un des meilleurs titres du lot composé avec Timbaland, se veut un hymne funky taillé pour le dancefloor et n’est pas sans rappeler le tube de 1986, Notorious. Les riffs de guitare de Dom Brown nous font oublier l’absence dudit Taylor, et la voix de Timberlake est quasiment inaudible, écrasée par la puissance vocale de Simon LeBon. Ce dernier n’a jamais été aussi à son aise qu’au milieu des arrangements disco hip hop concoctés avec intelligence par Hills et Timbaland. Rien n’est à jeter dans Red Carpet Massacre, pas même l’instrumental Tricked Out, qui reprend pour le plus grand plaisir des nostalgiques un sample de la face B de Rio (1982), The Chauffeur. La magnifique ballade Box Full O’Honey fera fondre les plus romantiques, et le groovy Skin Divers vous remuera le pelvis comme à l’époque de Michael Jackson. Serait-ce un sacrilège de dire que Red Carpet Massacre est le meilleur album de Duran Duran ? Eh, bien tant pis, c’est dit.

Elsa Suru

Partager sur Facebook Partager sur Twitter