Chroniques d'albums
9 novembre 2007
The New Year - Newness Ends
Partager sur Facebook Partager sur Twitter

The New Year - Newness Ends

Impossible d’aborder The New Year sans rendre un hommage appuyé au groupe discret mais fondamental qui l’a précédé : Bedhead. Parce qu’avec l’enthousiasme qui les caractérise, les cinquante-trois fans français de Bedhead (votre serviteur inclus) vont accueillir le nouveau groupe des frères Kadane comme une bénédiction, une renaissance, un baume sur une plaie intime, jamais soignée depuis leur séparation il y a une paire d’années. Ce qui fait l’intérêt de cet album, hormis le simple fait qu’il existe, c’est qu’on y retrouve tout ce qu’on a vénéré chez Bedhead : simplicité des stratifications guitaristiques, désabusion d’un chant honnête et volontairement terne, le côté traînant de la country alliée aux guitares simplissimes du rock new-yorkais. Le tout est diablement mis sur pied par Steve Albini, qui, après Things We Lost In The Fire de Low, prouve à nouveau que les mollusques sont aussi ses amis. On ne peut rêver à une musique aussi simple, directe et touchante, qui existe pourtant, se faufile à nouveau partout, et devient sacrément envahissante. Ce disque porte bien son nom, rien de neuf si ce n’est quelques accélérations sans vélocité aucune et la certitude que, comme au premier jour, ces chansons américaines auront toujours raison de nous.

Étienne Greib

Partager sur Facebook Partager sur Twitter