Chroniques d'albums
2 février 2018
Les mélanges audacieux de Marcus Marr
Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Les mélanges audacieux de Marcus Marr

En quatre titres, Marcus Marr offre un EP étonnant qui mixe funk, pop et électro.

Tout commence avec une ligne basse lancinante, un beat furieux et quelques effets électroniques qui recouvrent le tout. Avec Familiar Five, du même nom que son EP, le Britannique Marcus Marr se fait minimal, et aggrave une ambiance fuligineuse en incorporant une voix grave et sombre. Une atmosphère déjà entraperçue chez d’autres mais qui ici se fait intéressante et dansante.

Seulement, cette escapade boucanée de plus de trois minutes ne représente pas forcément un maxi de quatre titres aux mille directions. Sur Love Release, l’éclaircie pointe le bout de son nez. Les rythmes sont toujours aussi puissants mais une mélodie vivace et entraînante fait irruption. Les instrumentations s’étirent, le plaisir avec.

L’apogée de cet EP est atteint avec High Times où des guitares funk se colorent et explosent au contact de basses envolées et magistrales. Pendant plus de sept minutes, la musique du DJ prend tout son sens, entre intentions pop, savoir-faire électro et quelques touches disco. Un mélange impressionnant qui trouve écho dans la dernière piste Rocketship, toutefois moins marquante que sa prédécesseure.

Avec Familiar Five, Marcus Marr prouve son talent pour dépoussiérer la funk en la mixant à ses ambiances électroniques. Un autre génie du mélange, James Murphy, la tête pensant d’LCD Soundsystem, a flashé sur lui pour le signer sur son label DFA Records il y a quelques années. À l’écoute de ce maxi, c’est tout sauf étonnant.

Luc Magoutier

MARCUS MARR – Familiar Five
(DFA Records)
Partager sur Facebook Partager sur Twitter