Listomania
12 septembre 2019
Les 7 “must watch” du festival Hop Pop Hop
Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Les 7 “must watch” du festival Hop Pop Hop

Si vous n’avez encore rien prévu les vendredi 13 et samedi 14 septembre, voilà les sept artistes immanquables du festival Hop Pop Hop à Orléans, la “inner city party” qui monte sous la houlette de Matthieu Dufaud. (Lire notre portrait dans la rubrique la Carte et le Territoire du numéro 217 de Magic). On s’y croise ?

Altin Gün
Vendredi 13 septembre de 00H00 à 01H00 au Jardin de l’Évêché

Le phénomène turc est le must watch de cette troisième édition du festival orléanais. Le sextette turco-hollandais est autant ovni qu’objet pop taillé pour le live avec ses grooves imparables, son saz gonflé de fuzz, ce répertoire de standards de rock psyché anatolien. Il s’agit probablement là d’une de leurs dernières dates sur une scène de cette taille, et donc une des dernières occasions de les voir de si près.

Rozi Plain
Vendredi 13 septembre de 19H15 à 20H15 à CCNO

Cette Anglaise nous a offert cette année What A Boost, excellent quatrième album où son indie folk s’est envolée, portée par un nouveau souffle jazz. Sur scène, Rozi Plain est comme sa musique : débordante de sourires et de malice bienveillante. Son univers DIY, ses paroles rêveuses et son univers ouaté prennent en live, grâce à son activité parallèle de bassiste pour This is The Kit, une tournure énergique qui offre un peu plus de charme encore à sa musique.

Jonathan Bree
Samedi 14 septembre de 19H00 à 20H00 sur La Scène nationale d’Orléans

Ce faciès, caché derrière un masque de tissu blanc, commence à devenir une figure reconnaissable du circuit de la pop indé. Le songwriter néo-zélandais Jonathan Bree a dévoilé Sleepwalking en 2018 qui prend vraiment son envol sur scène quand il se livre à ses petites performances loufoques, qui sont autant des saynètes surréalistes que des chorégraphies paresseuses. On avait adoré à la Route du rock 2018.

Arnaud Rebotini
Samedi 14 septembre de 23H45 à 01H00 au Jardin de l’Évêché

À l’époque des lives assistés par Ableton, les producteurs de musique électronique qui jouent live de la techno 100 % analogique se font rares. Arnaud Rebotini est de ceux-là. N’ayez pas peur de sa mine patibulaire et jetez-vous dans les beats martiaux de sa techno rudoyante. Ce sera aussi l’occasion de (re)découvrir ses morceaux emblématiques tels que Personnal Dictator ou 1314 et de se rappeler que ce musicien est aussi un pionnier de l’autre French Touch, plus sombre que celle retenue par l’histoire officielle.

Catastrophe
Samedi 14 septembre de 20H15 à 21H15 à la Salle de l’Institut

Catastrophe – Laiterie – Strasbourg – Philippe Groslier – 0620211567

Le collectif parisien né en 2016 a rapidement su s’attirer l’attention de Bertrand Burgalat et son label Tricatel. Aussi loufoque – comme l’assume clairement l’improbable chanson d’amour intitulée Nuggets – que littéraire – leur album La nuit est encore jeune suivait un livre éponyme, le groupe se déguste en live. Nous ne pouvons malheureusement vous promettre qu’une seule chose : ce groupe va autant vous surprendre que vous ravir.

The Mystery Lights
Samedi 14 septembre de 23H15 à 00H15 sur La Scène nationale d’Orléans

Oh Sees et Ty Segall ont du souci à se faire. Car le quintette The Mystery Lights, depuis leur premier album paru en 2016, commence à se faire une sérieuse réputation dans le circuit garage rock – le NME les a un temps considérés comme l’un des meilleurs groupes de garage de New York. Leur excellent Too Much Tensions!, paru en mai, se place parmi les très bons disques de cette année. Leur concert sera un des temps forts de ce festival.

Black Country, New Road
Vendredi 13 septembre de 22H15 à 23H00 au Jardin de l’Évêché

Il n’affiche qu’un an d’existence et deux EPs au compteur, pourtant, le sextette londonien impressionne en live, en mélangeant avec finesse post punk corrosif, envolées jazz et incantations mitraillette houblonnées. Peut-être sont-ce les leçons de leurs premières parties pour la Fat White Family ou Black Midi (avec lesquels ils sont signés sur Speedy Wunderground). Dans quelques années, vous pourrez dire que vous y étiez. Ça fera son effet.

NOTES
Hop Pop Hop : 13 et 14 septembre 2019
Jardin de l’Évêché, rue Robert de Courtenay, 45000 Orléans
La Scène nationale d’Orléans, boulevard Pierre-Segelle, 45000 Orléans
Centre chorégraphique national d’Orléans, 37 rue du Bourdon-Blanc, 45000 Orléans
Le 108, 108 rue de Bourgogne, 45000 Orléans
Salle de l’Institut, 4 place Sainte-Croix, 45000 Orléans
Partager sur Facebook Partager sur Twitter