Chroniques d'albums
9 novembre 2007
Dani - Laissez-Moi Rire
Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Dani - Laissez-Moi Rire

Quarante ans de montagnes russes, on pourrait peut-être commencer comme ça. Car Dani porte superbement la marque de ses excès dans le rauque de sa voix, et en regardant rapidement dans le rétroviseur, on comprend facilement pourquoi. On ne va pas lui refaire le portrait, mais un tube précoce sur les cendres du yé-yé, les marches de l’Alcazar, Gainsbourg et l’Eurovision, La Nuit Américaine de Truffaut, son club L’Aventure, une descente aux enfers, un magasin de fleurs, un come-back discret (N Comme Never Again avec Jean-Jacques Burnel des Stranglers), puis le succès incroyable de Comme Un Boomerang en duo avec Daho… La boucle fut bouclée alors que personne ne l’attendait plus. Si ces pierres blanches-là sont des traces incandescentes qui ont magnifié son visage et sa voix, celle a qui on ne la fait plus décrète désormais Laissez-Moi Rire. Avec Tout Dépend Du Contexte en 2003, elle avait confirmé sa renaissance discographique aux côtés de Daho, toujours, mais aussi Gonzales, Miossec, Daniel Darc, Chamfort ou Philippe Poirier. Histoire de tourner encore la page, Dani s’entoure d’autres têtes pour ce nouvel album à trois vitesses : entre les compositions un peu convenues de Jacques Duvall et François Bernheim (dont on retiendra cependant Je Voudrais Que) et deux chansons de Cali (sic) plutôt pas trop mal troussées, ce sont les participations d’Emmanuel Tugny et Jean-Philippe Verdin (Readymade FC) que l’on retiendra prioritairement. Du minimal et sexy Wild Thing à Côté Cour et Une Balle, la simplicité fait mouche : les guitares et la rythmique discrète sont de parfaits écrins à l’or noir de la voix de Dani.

THOMAS SCHWOERER

Partager sur Facebook Partager sur Twitter