Listomania
5 juin 2018
La Fille de la côte, sur une plage pop moderne
Partager sur Facebook Partager sur Twitter

La Fille de la côte, sur une plage pop moderne

Le duo le plus sablé de l’Hexagone revient début juin avec son deuxième album Le Deuxième Soir Non Plus. Si pour La Fille de la côte, les explorations du littoral sud de la France sont finies, et que le duo se trouve aujourd’hui en villégiature dans l’Ouest, sa pop reste la même : revigorante comme l’air marin, et légère comme quelques grains de sable.

Qui : Yann Pons, auteur compositeur, et Cécile Peyneau, psychiatre à la ville, mais chanteuse sur scène, sont bien plus qu’un duo. Comme Kim Gordon et Thurston Moore de Sonic Youth, Elli et Jacno ou encore Amadou et Maryam, ils sont en couple. Ces Parisiens ne sont pas des nouveaux venus : lui a déjà commis trois albums d’une pop fraîche mais passée un peu inaperçue, sous le nom de Yann Seul. Dont un avec une certaine Juliette Gamay, qui n’est autre que Cécile Peyneau.

Son actu :  La Fille de la côte dévoile ce 8 juin Le Deuxième Soir non plus, un deuxième album qui requiert qu’on s’y attarde. Toujours le même concept : utiliser la plage comme coeur des morceaux. Mais un nouvel objet : fini le Sud et la Riviera comme disent les Anglo-Saxons. Cap sur les plages de l’Ouest français, avec une pop discrètement chic et moins mélancolique.

Sa musique : Réussir en musique n’est pas qu’une affaire de talent. Il faut savoir faire les bons choix. Gageons que Yann Pons et Cécile Peyneau ont fait le bon en confiant la réalisation de leurs arrangements aux habiles musiciens de The Delano Orchestra, aperçus sur Babel de Jean-Louis Murat, mais dont le travail en solo mériterait aussi plus d’attention. Car c’est peut-être dans l’art d’arranger leurs chansons sans prétention apparente que le duo se révèle le plus consistant. Ces arrangements ouvrent les portes d’un univers franchement cinématographique, plus ouvertement qu’auparavant. À l’écoute de l’inaugurale La Baule, on se figure aisément un néo-Lola de Demy, dont la bande-son aurait été réalisée par un Burt Bucharach français. Car c’est bien lui, le fantôme – peut-être même l’âme – de ce disque. C’est en tout cas sa plus belle inspiration. Fidèles à l’identité dévoilée sur leur premier album éponyme (2015), les deux Filles de la côte servent leur jolie pop française contemporaine dans laquelle résonne parmi quelques-uns de ses beaux représentants : des intonations de fin de note comme Arthur H, de charmants dialogues à la Biolay et Mastroianni sur Home, l’entrain de certains couplets d’Autour de Lucie… Le tout passé au shaker de la douce ironie de leur texte.

À écouter : La Baule, morceau d’ouverture de Le Deuxième soir non plus

Benjamin Pietrapiana

Partager sur Facebook Partager sur Twitter