Chroniques d'albums
9 novembre 2007
Shack - …Here's Tom With The Weather
Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Shack - …Here's Tom With The Weather

Par paresse, facilité, mauvaise foi ou intime conviction, on a parfois été tenté d’employer, à l’endroit de tel artiste ou tel groupe, l’expression « génie de la musique ». Mais rarement cette sentence définitive a-t-elle pris tout son sens qu’à propos des frères Head. Sous l’identité limpide de The Pale Fountains, ils illuminèrent de leur grâce acoustique les années 80 synthétiques avec l’intemporel Pacific Street (1984) un album considéré par beaucoup comme le pendant idéal du Forever Changes de Love et par certains comme le meilleur de cette décennie. Depuis ces débuts mémorables, Michael (l’aîné quadragénaire et auteur-compositeur-interprète en chef) et John (son cadet de quatre ans) ont collectionné autant les chansons tombées du ciel que les pires mésaventures. Une éternelle poisse, une guigne légendaire colle en effet à la peau de ces deux Liverpudliens, qui ont commencé à jouer de la guitare dans les années 70 au contact du répertoire boisé de The Byrds et de… Love. De la perte de leur bassiste Chris McCaffrey (tragiquement décédé d’une hémorragie cérébrale en 1986) à la faillite de leur label Ghetto (premier éditeur de Shack jusqu’au fameux single Al’s Vacation en mai 1991) consécutif à un incendie dans ses locaux, les frères de tête et de sang auront tout connu, sans parler de leurs nombreuses exactions pour surdose de stupéfiants qui leur ont coûté plus que de raison. Mais ce qui est vraiment stupéfiant dans le cas présent, c’est que ni Michael ni John n’aient déposé les armes, animés qu’ils sont d’une foi inextinguible dans leur artisanat. D’ailleurs, si leurs disques ont souvent connu des enregistrements chaotiques, jamais n’avaient-ils passé aussi peu de temps que sur ce quatrième Lp de Shack, attendu depuis quatre longues années et arrivé sans prévenir en pleine torpeur estivale. Mis en boîte en sept semaines dans les studios gallois de Brynderwen, …Here’s Tom With The Weather bénéficie pleinement de cette célérité à la tâche, comme le confesse volontiers Michael sur le site du groupe : « Je n’avais jamais travaillé aussi durement de ma vie, mais ce travail a été bénéfique. Notre spontanéité nous a révélés ». Dès les premières mesures de As Long I’ve Got You, le ton est donné : notes effleurées, voix angélique et choeurs au diapason. On a beau être en terrain connu, on n’en reste pas moins critique. Ainsi, on garde encore en mémoire certains travers (de production en particulier) dans lesquels H.M.S. Fable (1999) tombait parfois. De là à y voir une raison du succès de l’album outre-Manche… Mais on s’égare. Dès la deuxième plage, les superlatifs manquent pour qualifier Soldier Man, qu’on jurerait inspiré du Time Of The Season des Zombies. Renversant. Dans une veine tout aussi gracile, le single Byrds Turn To Stone est une magnifique ode à la fraternité, où Michael chante d’une manière profondément touchante. Donc universelle. Magnifié par son dépouillement acoustique, The Girl With The Long Brown Hair aurait pu figurer sur son disque solo, The Magical World Of The Strands, publié en son temps par Le Village Vert. De son côté, John, récupérant par trois fois le micro et les clefs de la composition, démontre l’atavisme qui nourrit Miles Part, Carousel et Kilburn High Road (originellement baptisé Camden Road) : voix légère comme la plume, mélodies gracieuses et arrangements ourlés. Mais le Graal de …Here’s Tom With Weather se situe sans conteste en septième position, juste devant l’imparable On The Streets Tonight (qui débute comme Al’s Vacation et se poursuit en bouquet mélodique). À l’écoute frissonnante de Meant To Be, on se croit revenu vingt ans en arrière, à l’époque bénie de Pacific Street. Résumer cette chanson en quelques mots trahirait son affolante construction, ses arrangements cuivrés et sa mélodie venue d’ailleurs. Tant et si bien qu’on est réduit, encore une fois, à qualifier son signataire, Michael Head, de « génie de la musique ».

Franck Vergeade

Partager sur Facebook Partager sur Twitter