Chroniques d'albums
9 novembre 2015
Feu! Chatterton – Ici Le Jour (A Tout Enseveli)
Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Feu! Chatterton – Ici Le Jour (A Tout Enseveli)

(Barclay/Universal)

Le talent de Feu! Chatterton ne se résume pas seulement à la voix et à l’écriture d’Arthur Teboul. Ainsi, la musique d’Ophélie est aussi cinématique qu’un James Bond Theme avec un peu d’orgue à la The Doors. La Mort Dans La Pinède a du jazz de pleine classe dans les veines. Côte Concorde a l’ampleur d’un Arcade Fire biberonné à l’art de Léo Ferré. Boeing et La Malinche emmènent des rythmes dancefloor dans un univers singulier.

Sébastien Wolf (guitare et claviers), Clément Doumic (guitare et claviers), Antoine Wilson (basse) et Raphaël de Pressigny (batterie) construisent cette musique aux climats variables, avec un fond de mélancolie non poisseuse, idéale pour l’expression de cette voix. Richement fumée, un peu éraillée, c’est bien elle qui fait de Feu! Chatterton le groupe le plus touchant et marquant du moment en français. Dans sa précédente formation (Dièse Quintett, déjà avec une partie de la bande), Arthur slammait et ne chantait pas.

C’est là qu’il a acquis ce sens de la scansion exceptionnel, et peut-être aussi les mots choisis, cette écriture littéraire et non littérale. Pas étonnant que son chant semble marqué par Gainsbourg et Bashung, grands joueurs de rythme des mots. Ses saillies vocales renvoient à ce qu’il y a de meilleur dans une certaine tradition de la chanson française, y compris dans cette écriture imagée, poétique mais bien fondée sur un substrat réel. Il faut juste un peu écouter pour réaliser que Côte Concorde raconte à la fois le drame du Costa Concordia et les avanies du capitalisme.

“Du ciel tombent des cordes, faut-il grimper ou s’y pendre, sur le pont du Côte Concorde, cinq étoiles dans la nuit sont mortes” est l’une de ces phrases qui touchent profondément, au-delà de leur sens premier. Ce morceau (tout comme La Malinche) apparaissait déjà sur le maxi autoproduit en 2014 avant que la bataille pour signer le groupe se décante. Et La Mort Dans La Pinède, également au générique d’Ici Le Jour (A Tout Enseveli), était le premier extrait que Feu! Chatterton avait balancé sur YouTube en 2012.

Pour autant, ce premier LP n’indique en rien qu’il soit déjà en mal d’inspiration. Fou À Lier, Harlem, Le Pont Marie ou le single Boeing sont très largement du même niveau. Chez Feu! Chatterton, chaque titre est musicalement une histoire qui prend le temps de s’installer et de rebondir, et c’est le chant d’Arthur Teboul qui nous guide dans des territoires faussement familiers pour mieux nous balader. Exactement là où il veut nous emmener.

Philippe Richard

Partager sur Facebook Partager sur Twitter