Listomania
21 novembre 2018
Exclu : « Calypso », le nouveau clip de The Rodeo !
Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Exclu : « Calypso », le nouveau clip de The Rodeo !

The Rodeo dévoile, en exclusivité pour Magic, le clip de Calypso, un titre issu de Thérianthropie Paradis, un troisième album disponible depuis le 14 septembre dernier (Modulor Records). Cette vidéo, tournée avec une Lomo Pop camera 9 entre la France et l’Italie, colle parfaitement à la pop sucrée et à la voix de Dorothée Hannequin.

 

«Sous l’anagramme de The Rodeo, Dorothée Hannequin évoluait jusqu’à présent en terre nord-américaine. Le temps de deux albums autant fascinés par les grandes plaines de Karen Dalton que par les reliefs mélodiques de Diana Ross, elle affirmait et affutait un songwriting toujours plus pointu, toujours plus précis. Changement de cap aujourd’hui, la Parisienne revient avec Thérianthropie Paradis, un troisième album entièrement composé en français, qui emmène ses obsessions d’hier vers les élégants rivages de la variété d’ici, élégante et audacieuse comme elle l’était encore il n’y a pas si longtemps.» (Biographie)

Après un premier extrait, Ivre d’amour –  qui sonnait comme un single que Blonde Redhead aurait offert à France Gall – The Rodeo dévoile Calypso, hommage pop et sucré à la nymphe de la mer  ayant, par amour, retenu auprès d’elle Ulysse, pendant sept des dix années de son retour de Troie à Ithaque. Pour illustrer la chanson, Dorothée présente ici un montage de photos réalisées au Lomo Pop 9 lentilles 35mm entre Paris et l’Italie, notamment à Pompei sur les ruines du Vésuve en 2017. Ce poétique jeu d’associations d’idées, entre carte postale et collage surréaliste, mouvements ondoyant des vagues et éternité figée des statues, rend cette évocation de la nymphe  « aux belles boucles » aussi joliment rétro que parfaitement intemporelle.

Cette thématique mythologique rejoint celle de l’album (la « thérianthropie » signifiant la transformation d’un être humain en animal, de façon complète ou partielle, aussi bien que la transformation inverse), bel objet pop hybride, oscillant entre légèreté et obscurité, douceur et violence, raison et passion. Le chant en français révèle ainsi la complexité et la richesse des chansons de The Rodeo,  claires-obscures, douces-amères, sucrées-salées, entre gelati et eau de mer sur la peau. On aimerait entendre ces chansons sur toutes les ondes, sonores, ou aquatiques.

Texte : Wilfried Paris

Partager sur Facebook Partager sur Twitter