Listomania
1 mars 2019
Durand Jones, Elias Dris, Bashung, Fews… : ça sort aujourd’hui et Magic aime
Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Durand Jones, Elias Dris, Bashung, Fews… : ça sort aujourd’hui et Magic aime

Avec American Love Call de Durand Jones & The Indications, Beatnik or Not to Be de Elias Dris ou bien encore Into Red de Fews, Magic vous a sélectionné les disques importants qui sortent ce vendredi 1er mars.

DURAND JONES & THE INDICATIONS – American Love Call (Dead Ocean / Colemine Records)
•••••°

Trois ans après leur premier disque, Durand Jones & the Indications proposent un American Love Call dans sa droite lignée : une soul du début des années soixante-dix entre embardées cuivrées et ballades sirupeuses. La production remet au centre la voix légèrement éraillée et le tremolo impeccable de Durand Jones. Côté musique, ce deuxième essai opère une vraie montée en gamme dans la palette sonore du groupe. Les arrangements de cordes participent pour une grande part à la magie de cet opus. Les détails se découvrent à chaque écoute et rendent le disque séduisant de bout en bout.

ALAIN BASHUNG – Immortel : L’intégrale 1977 – 2018 (Universal Music)
••••°

Dix ans. Dix ans sont passés depuis la mort de Bashung, mais son empreinte sur la pop française, elle, reste immortelle. Pour lui rendre hommage, son intégrale regroupe la totalité de ses 14 albums studio ainsi que de nombreux morceaux inédits. De quoi se replonger dans la prolifique carrière de ce monument de la musique.

ELIAS DRIS – Beatnik Or Not To Be (Vicious Circle)
••••°°

Pour composer son deuxième album, Elias Dris a exploré de nouvelles idées et de nouveaux sons. Ses mélodies s’épaississent au contact d’un son plus massif, où le compositeur fait rencontrer des rythmiques plus lourdes. Volontairement déroutant, ce disque s’éloigne des subtiles compositions folk des débuts mais impressionne par ces prises de risques, sublimées par la voix toujours aussi attachante du Parisien. 

FEWS – Into Red ([PIAS])
••••°°

Pour succéder à leur premier album, les quatre membres de Fews ont fait appel à Joakim Lindberg à la coproduction. Leur nouveau disque Into Red se pare d’une intensité qu’on ne pouvait pas encore déceler dans leurs travaux. Sur dix titres, cinq possèdent la force de singles, grâce à leur attaque de guitares assurée et leur aspect binaire, qui mettent en lumière le meilleur du rock de la fin des années soixante-dix jusqu’aux Pixies.

TEEN – Good Fruit (Carpark Records)
••••°°

Qu’est-ce qui vient après l’amour, quand les sentiments se fanent ? Des chansons souvent tristes. Les sœurs Lieberson ont voulu tout l’inverse pour leur deuxième album, Good Fruit. C’est un disque enlevé, où leurs voix s’articulent sur des beats électro-dancehall qui dénotent par rapport aux textes. Il est question de mort, de capitalisme et de féminité. Le contre-pied est total, mais il fonctionne.

ROBERT FORSTER – Inferno (Tapete Records)
••••°°

Sa carrière solo aurait pu s’arrêter après quatre disques et ce Warm Nights (1996). Inferno est un retour à la case départ pour l’ex Go-Betweens Robert Forster, au service d’une pop exaltée. Sa voix y est plus expressive que jamais et l’apport du batteur Earl Harvin et du claviériste Michael Mühlhaus y sont pour beaucoup. En résulte un album à la fois innovant et familier, digne d’un des artistes les plus durablement attachants de la pop.

LALI PUNA – Being Water EP
••••°°

Si ce n’est son adoubement par un Radiohead fraîchement converti aux machines au tournant du millénaire, Lali Puna a toujours été plutôt du genre à faire profil bas. Une posture qui sied parfaitement à l’electro-pop sensible de la formation allemande. C‘est surtout quand Lali Puna fait du Lali Puna qu’il touche en plein cœur.

HAND HABITS – Placeholder (Saddle Creek Records)
••••°°

 

 

Comme sur son premier album, Meg Duffy offre, avec Placeholder, douze chansons folk apaisantes. Mais cette fois, ce besoin de réconfort s’est frotté à l’anxiété du déracinement. De ses compositions introspectives, Meg Duffy parvient à créer un espace collectif en se démultipliant dans des chœurs sublimes. Sa folk se mue en une subtile dream pop où l’on croise tout ce qu’il y a de plus élégant dans la pop contemporaine.

YVES JARVIS – The Same By Different Means (Anti-)
••••°°

The Same But By Different Means, influencé par la couleur bleue largement présente sur la pochette, offre vingt-deux titres mouvants entre jazz, ambient et r’n’b. Les mélodies errantes se superposent pour créer un univers expérimental censé représenter «la douleur de la nuit précédant le sommeil». L’album s’écoute comme un long voyage à la conclusion magistrale.

SNAPPED ANKLES – Stunning Luxury (The Leaf Label) 
••••°°

Des hommes des bois revenus à une vie plus citadine. Voilà comment se présentent les Snapped Ankles. Ils reviennent avec leur deuxième album, Stunning Luxury. Leur post-punk primitif se veut le compte-rendu, non sans humour, de leur infiltration d’un marché de l’immobilier déraisonné et de ses sirènes vantant un «luxe époustouflant» au point de menacer leur forêt natale.

LOMELDA – M For Emphaty (Double Double Whammy)
••••°°

Seulement accompagnée d’une guitare acoustique et de sa voix angélique et tourmentée, Hannah Read, alias Lomelda, revient avec M For Empathy, un album de onze délicates pistes folk enregistrées en un seul weekend dans sa ville natale. Elle partage avec son amie Frankie Cosmos l’amour des chansons aussi courtes qu’attachantes.

Mais rien ne vous empêche d’écouter aussi les autres sorties du jour :

Léonie Pernet – « Aaouti » Remixes (InFine)
The Statches – This Lake is Pointless (Disques Bongoe Joe / Six Tonnes de Chair)
Malhini – Hopefully again (Memphis Industries)
Royal Trux – White Stuff (Fat Possum Records / Differ-ant)
The Stroppies – Whoosh (Tough Love / Differ-Ant)
Alex Van Pelt – Tum Tum (Kiddermister)
Wearemarvin – wearemarvin (La Pochette Surprise Records)

Adrien Legrand – Impression EP (Objet Disque)
Pond – Tasmania (Marathon Artists)
The Japanese House – Good at falling  (Dirty Hit Records)
Test Dept. – Disturbance (One Little Indian / Differ-Ant)
Little Simz Grey Area (Def Jam)

Weezer – The Black Album (Crush Music/Atlantic Records)
Bimbo Delice – Epic Bright Dirty (Autoproduit)
Citizen Cope – Heroin & Helicopters (Modulor)
Loo & Monetti – Broken Inside (Splinter Records)
Skinny Lister – The Story Is (Xtramile Recording)
Weval – The Weight (Compact)

Akio Yano – Japanese Girl (réédition – WEWANTSONDS / Modulor)

 

 

 

 

Partager sur Facebook Partager sur Twitter