×
Interviews
16 février 2010
Gorillaz : Chronologie
Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Gorillaz : Chronologie

Ils se donnent tellement de mal pour nous monter le bourrichon avec leur histoire animée que nous vous obligeons à apprendre par cœur toute l'histoire de Gorillaz, depuis la fin du chapitre Demon Days jusqu'à aujourd'hui. Ça fait 30 000 signes, avec un peu de fantasme, de réalité déformée, et de science-fiction insulaire à la Vonnegut Jr.

6 avril 2006 : Dernier de la série de concerts Demon Days à l’Apollo de New York. Les membres du groupe partent chacun de leur côté.

26 octobre 2006 : On entend un son qui sort de la radio dans les ruines des Kong Studios. Ça ressemble à Noodle, mais elle a l’air en danger.

27 octobre 2006 : Parution de Rise Of The Ogre, l’autobiographie de Gorillaz. Aucun membre du groupe n’est présent à la soirée de lancement du livre, mais Murdoc poste quelques lignes sur son site.

Novembre 2006 à avril 2007 : Murdoc part pour son lost weekend autour du monde. Il se fait de nouveaux amis et aussi de nouveaux ennemis. Il finit fauché. Confie de l’argent à Bernie Madoff, achète des parts dans une société de paris sur téléphone mobile. Se dit que la tragédie en ligne va rapporter gros. Ce n’est pas le cas. Tout ça lui fait perdre de l’argent… Murdoc déclare : “Je m’effondrais encore plus rapidement que l’industrie du disque.”

Avril 2007 : Murdoc achète un exemplaire de As Used On The Famous Nelson Mandela de Mark Thomas. Il réalise que c’est assez facile de faire transiter différents types d’armes autour de la planète, en rachetant des vieux stocks aux pays qui renouvellent le leur, et en les revendant plus chers à d’autres groupes. Si la paperasse est en règle, ça doit le faire, non ? Il défend sa position en prétextant qu’il savait pertinemment qu’il vendait du matos endommagé. Ces armes n’auraient jamais pu marcher, il essayait juste de se faire du fric à toute berzingue…

Quoi qu’il en soit, certains clients insatisfaits se lancent à ses trousses, notamment un réseau de pirates underground qui se font appeler The Black Clouds. Ils le traquent depuis qu’ils ont déboulé, sans invitation, dans le clip d’ “El Mañana”. Il avait calmé le jeu avec eux, à l’époque, en leur promettant de l’artillerie bon marché, mais après les avoir entubés avec des Scud inutilisables, la tension a monté d’un énorme cran…

Murdoc disparaît de Kong.
Mai 2007 : Il réalise qu’il lui faut reformer Gorillaz. C’est ce qui lui rapporte le plus d’argent et c’est la seule chose qui peut le sortir de l’ornière. Quand Gorillaz fonctionne, aucune balle ne peut l’atteindre, si on peut dire. Commence par rechercher son meilleur atout, la guitariste et cocompositrice Noodle (Noodle était la principale compositrice de Demon Days).

Il se lance à sa recherche, en commençant par essayer de la trouver sur le site de la vidéo d’El Mañana. C’est là où elle a été vue la dernière fois. Il ne reste plus rien hormis les restes calcinés de l’île flottante détruite pendant le tournage du clip. Murdoc récupère un peu d’ADN de Noodle des décombres. Le met dans un pot. Essaye de comprendre ce qui a bien pu arriver à Noodle. Finit par apprendre que, faute de mieux, elle a été emmenée de force dans un monde souterrain par des créatures montées de l’enfer pour chercher Russel. Murdoc se sert de Pseudomonarchia Deamonum, un grimoire de magie du XVème siècle, pour jeter quelques sorts. Le fait qu’il soit un gros buveur et mangeur de viande altère sensiblement le potentiel de sa magie, mais il finit par arriver à ses fins.

Ayant ouvert une sorte de passage, il descend l’escalier à la recherche de Noodle.

Mai — Novembre 2007 : Murdoc traîne avec différents démons parmi lesquels Zepar, un grand duc de l’enfer, réputé comme séducteur de femmes. Il parle aussi à un démon nommé Malthus, très porté sur les armes.

Murdoc : “Il s’agit peut-être de Sabnock en fait, je n’ai jamais été très fort pour me rappeler des noms. C’était un démon branché armes. Toujours est-il que certaines de celles que j’avais récupérées étaient pour un de ces deux-là… Et il était furax que les bombes ne fonctionnent pas vraiment.”

Et donc, ces types ont envoyé des fanatiques un peu lourdauds, une bande de démons de catégorie inférieure, récupérer Russel à Kong. Ça remonte en 2003, quand l’esprit de Del, le rapper fantôme du premier album, est sorti du corps de Russel au cours d’un exorcisme.

La mort est venue réclamer l’esprit de Del, le rapper fantôme qui était à l’intérieur du batteur Russel. A partir de là, Russel est devenu une sorte de passage pour ces choses, entre notre monde et le leur. Quand ils se sont pointés à Kong, ces démons balourds cherchaient Russel. “Ils ont enlevé Noodle par erreur et je me suis dit que je devais aller la rechercher.”

Murdoc est parti pendant six mois jusqu’à ce que…
Novembre 2007 : Revient de sa virée en enfer pour liquider les Kong Studios. L’endroit tombe en ruine, grouille de zombies et il a besoin du fric pour se remettre à flot. Il met des annonces un peu partout et notamment sur le site www.giganticdisusedhauntedstudiosinthemiddleofnowhere.com. Aucun acheteur sérieux ne fait signe et la vente traîne en longueur.

11 novembre 2007 : Poste quelques lignes sur son Facebook pour parler de ses expériences : “Eh bien, c’est plutôt drôle : après le premier album, Russel a fait une sorte de dépression de folie. Le Grim Reaper a fait sortir de lui l’esprit de Del. Ce qui l’a rendu complètement fou. Il a essayé d’enregistrer un album solo, mais n’arrêtait pas de dire que des démons sortaient des haut-parleurs pour essayer de le manger. Tout le monde a pensé qu’il était devenu dingue. ‘Vivre au sous-sol avec Ike Turner’. Finalement, il s’est avéré qu’il avait raison. Il s’agissait de vrais démons. Ce n’est pas vraiment le genre de truc qu’on invente. Après que Noodle a disparu suite à l’incident de la vidéo d’ ‘El Mañana’, on a entendu sa voix qui sortait du sous-sol de Kong. D’une radio. Apparemment, les démons n’avaient pas trouvé Russ et s’étaient emparés de Noodle à la place. L’ont embarquée en bas avec eux, chez Hadès ! Alors bien sûr, il a fallu trouver une bonne poire (moi en l’occurrence), pour se lancer à son secours et vivre une sorte d’odyssée en enfer ».

« J’étais tenu d’agir comme ça à cause d’un contrat que j’avais signé avec Belzébul pour que Gorillaz soit numéro 1 dès le premier disque. Il était furax à cause d’un retard d’échéance de mon âme éternelle, ou un truc stupide dans ce genre. Il devrait savoir, comme tout le monde, que ce type de règlement prend parfois du temps. Ce que je veux dire, c’est que chacun a ses propres démons à combattre. C’est juste que les miens prennent une forme plus physique que les autres et s’appellent ‘Alichino’, ‘Lilith’, ‘Baphomet’ ‘Sidragasum’ ou ‘Xitragupten’. Je pense que c’est ce qui arrive à ceux qui naissent dans un asile psychiatrique dont le nom est Belphégor. Le fait est qu’enfant, je ne me suis jamais ennuyé, ça, c’est certain.” Et il ajoute : “J’avais emmené mon petit magnéto DAT avec moi et j’ai enregistré les sonorités exotiques de l’enfer au fur et à mesure que je marchais sur les charbons ardents et les carcasses hurlantes de damnés balancés là pour l’éternité. Ça sonne d’enfer quand j’écoute ça sur mes grosses enceintes…”

Vendredi 25 juillet 2008 : Murdoc revient une nouvelle fois de ses pérégrinations en enfer. Constate que Kong a brûlé. Il révélera plus tard qu’il a fait ça lui-même : cramer l’endroit pour récupérer de l’argent et financer la construction de Plastic Beach. C’était une arnaque à l’assurance. Le même soir, il a assisté à une représentation de l’opéra Money King à la Royal Opera House, quelque peu éméché.

Août 2008 : Reçoit une menace de mort des Black Clouds. Il découvre que Cortez, son corbeau, s’est fait tabasser. On dirait bien qu’ils se rapprochent de lui.

Août 2008 : A bord d’un des hélicoptères de la vidéo de Feelgood Inc, que Gorillaz avait conservé dans un entrepôt, Murdoc scrute les océans et la toundra Antarctique à la recherche d’un endroit assez planqué pour pouvoir disparaître un moment. Il a de nombreuses créatures différentes à ses trousses et doit se cacher…

Il trouve ce qu’il cherche à Point Némo, le point le plus éloigné de toute côte connue de l’homme : un énorme amoncellement de plastique en plein milieu de la mer.

Pendant une période de trois ou quatre mois, il a fait envoyer divers morceaux des Kong Studios à ce nouvel endroit mystérieux. Il n’en a parlé à personne. Tracey Island, sorte de résidence à la Playboy mansion, est érigée sur Plastic Beach. L’endroit est gigantesque et abritera à la fois son nouveau QG et un studio d’enregistrement dernier cri.

13 septembre 2008 : Sur le site des fans de Gorillaz, Murdoc raconte qu’il a vu l’opéra Monkey King, complètement explosé à l’opium et au cocktail Brompton, le préféré d’Aerosmith.

Mercredi 24 décembre 2008 : Le Guardian annonce que Gorillaz est le groupe le plus populaire sur MySpace alors que plus de deux années se sont écoulées depuis sa dernière apparition…

14 juillet 2009 : Murdoc est invité à l’émission radio de Zane Lowe en même temps que Damon Albarn, et passe quelques nouvelles démos de Gorillaz à l’antenne. Ce ne sont que des maquettes. Murdoc fait ça pour prendre la température, voir si les fans sont toujours là…

Trois nouvelles chansons de Gorillaz sont diffusées à cette occasion : Electric Shock, Stylo et Broken.

Il déclare à l’antenne qu’il a perdu entre 3 et 5 milliards de dollars à cause de la pyramide financière de Bernie Madoff. Il a tout paumé, mais se retrouve propriétaire d’une ou deux pyramides. Problème : il ne sait pas trop où il va les mettre…

Les retombées de l’émission, écoutée par plus de gens qu’il le pensait, sont conséquentes. Ce qui n’est pas uniquement positif. Ce passage chez Zane Lowe va déclencher une terrible série d’événements…

Plastic Beach
Les Black Clouds essayent de le localiser. Les démons idiots envoyés pour attraper Noodle essayent de le localiser. Le groupe anglais The Horrors essaye de le localiser. EMI frappe à sa porte et se demande pourquoi il diffuse des démos à la radio… Tout le monde sort du bois. Ça sent le roussi. Il est temps de quitter la ville pour toujours.

Il se demande s’il peut réussir à faire un nouvel album de Gorillaz, en secret, et comme il l’entend. Ça réglerait tous ses problèmes. Mais il faut qu’il soit énorme, meilleur que tout ce qu’ils ont fait auparavant ! “Quelque chose qui fera sonner ‘Demon Days’ comme l’œuvre d’un groupe de première partie.” Constatant que Murdoc est de retour, les Black Clouds le traquent jusqu’à son hôtel londonien. Il pleut des balles de partout, qui brisent les vitres en mille morceaux, détruisent tout dans la pièce où il se trouve, et flinguent la télévision sur laquelle il était en train de regarder un film porno.

Il s’enfuit par la porte de derrière. Il s’arrange pour qu’un bateau l’attende afin de pouvoir s’échapper. Murdoc s’échappe en bateau, mais une balle fait littéralement exploser la coupe de champagne qu’il tient à la main. Il a réussi à s’enfuir, mais sait très bien qu’ils vont bientôt le rattraper. C’est à ce moment-là qu’il décide de partir s’installer à Plastic Beach pour de bon.

19 janvier au 23 janvier 2009 : Conséquence probable de son passage dans l’émission de Zane Lowe, Murdoc est contacté par la Child Support Agency à propos d’un groupe appelé The Horrors. Il doit 500 000 £ à chacun des membres du groupe. Il s’agit d’un arriéré de pension alimentaire puisqu’il s’avère que The Horrors sont ses enfants. De mères différentes. Ils lui réclament ces sommes impayées.

Murdoc réalise qu’il peut résoudre ses problèmes en reformant Gorillaz une troisième fois. Ça lui rapportera assez de fric et de crédibilité pour continuer. Il élabore un plan pour inciter les gens à se rendre à Plastic Beach et collaborer à son album.

Billets et invitations en or
L’enregistrement de l’album promet d’être une invraisemblable pagaille où se mêleront aventure, voyages et espionnage.

Les invités triés sur le volet recevront des billets secrets, des invitations exclusives pour rejoindre Murdoc dans son studio d’enregistrement païen et contribuer à ce gigantesque document sonore. Pour certaines sections, Murdoc se rendra, déguisé ou clandestinement pour éviter d’être repéré, dans des endroits peu fréquentés, avec chaque collaborateur, orchestre ou musicien, après qu’ils auront juré de ne rien dire. Réalisant qu’il peut faire d’une pierre deux coups, il envoie les premiers billets en or à ce groupe, The Horrors

23 janvier 2009 : The Horrors arrivent à Plastic Beach. Ils sont les premiers invités à y enregistrer. Il les convainc que jouer sur le disque de Gorillaz est un privilège qui équivaut aux sommes impayées qu’il leur doit. Ils acceptent. Étonnamment, le morceau sur lequel il travaille est vraiment bien, et alors qu’il avait prévu de le balancer à la poubelle, Murdoc décide de le garder. Plus tard, finalement, Murdoc retirera le morceau avec The Horrors de l’album. Pourquoi ? “En tant que père, j’estime qu’il serait irresponsable de les laisser marcher dans mes traces. Au bout du compte, ça pourrait nuire à leur carrière. Ça pourrait être considéré comme du népotisme, et ils valent mieux que ça. Je considère que ‘Primary Colors’ est un des meilleurs albums de l’an passé. Et c’était bien avant que je découvre notre lien de parenté.” En tous cas, The Horrors sont arrivés fin janvier et sont restés deux semaines… L’album était sur les rails et Murdoc, en pleine inspiration.

Plastic Beach allait être le troisième de Gorillaz : un incroyable collage de tous les genres et cultures de la planète. Murdoc a décidé que, quelque part, grâce aux invités sollicités, il prendrait des instantanés du monde, attraperait différentes âmes pour mettre leur essence dans l’album. “Plastic Beach” serait comme un microcosme du monde.

Lundi 2 février 2009 : Hypnotic Brass, de Chicago, débarque à Plastic Beach.

26 mars 2009 : Murdoc quitte Plastic Beach en hélicoptère pour aller enregistrer à Beyrouth.

Vendredi 27 mars 2009 : Murdoc est à Beyrouth.

Dimanche 29 mars 2009 : Murdoc est en Syrie jusqu’au 6 avril.

Il s’est maintenant écoulé à peu près trois ans depuis les concerts Demon Days.
Murdoc, qui porte une burqa, s’envole pour Beyrouth afin d’enregistrer avec le National Orchestra Of Arabic Music. Pendant cette période, de nombreux guides vont lui faire visiter la ville. Il a vu des avions voler en piqué et frôler les bâtiments au point d’en faire exploser les fenêtres. Les Israéliens aiment bien faire un tour de jet au-dessus de Beyrouth, de temps en temps, histoire de montrer leur puissance. S’ils volent bas et assez vite, ça fait un grand boum qui pulvérise tous les carreaux aux alentours. Ça fait partie de l’atmosphère et de la campagne implacable menée pour maintenir la ville en alerte.

La ville ressemble à Port Royal, la vieille cité pirate. A priori, on y trouve tout ce qu’on veut à condition d’être prêt à faire la fête dans une zone de guerre. Murdoc y a vécu des moments comme lui seul sait le faire. Murdoc réussit également à faire participer Omar Souleyman. Il continue son voyage jusqu’à la frontière irakienne, mais on lui fait comprendre que même pour lui, c’est un coin trop dangereux. Les insurgés traversent la frontière et se cachent dans les villages. Ce n’est pas un endroit pour les Occidentaux. Murdoc commence à réaliser à quel point la planète est exsangue, et ces expériences surréalistes à Beyrouth et en Syrie sont évoquées dans différents thèmes de l’album. Il retourne à Plastic Beach qui lui semble plus hospitalier désormais.

Mercredi 22 avril au vendredi 24 avril 2009 : Murdoc enregistre avec l’Orchestra Viva à Derby. Il ne se rappelle pas grand-chose de ces séances hormis le fait que le temps est pourri à Derby.

26 avril 2009 : Murdoc fait une crise de conscience. Songe à envoyer balader tout l’album de Gorillaz et à essayer de voir s’il ne pourrait pas jouer de la basse avec Girls Aloud. Puis se demande s’il ne pourrait pas décider Russel Hobbs à jouer de la batterie pour compléter la section rythmique.

Fin avril – Le cas New York – Le Boogieman
27 avril 2009 : Murdoc se rend à New York pour se mettre en relation avec le rapper devenu acteur Mos Def et essayer de trouver Russel.

En 2003, l’exorcisme de Del, le rapper fantôme, a occasionné une sacrée fissure dans l’esprit du batteur de Gorillaz. A la fin de la campagne Demon Days, Russel avait bien stipulé qu’il n’était pas vraiment en mesure de faire un troisième disque, et avait besoin de faire le point avec les fantômes de son passé. On ne l’a pas revu depuis un sacré bail. Ça ne préoccupe pas Murdoc plus que ça. En fait, il préfère programmer la batterie lui-même. A quoi servirait d’avoir un autre cinglé à bord ? Mais il est à New York pour rencontrer Def, et rien ne l’empêche d’aller faire un tour à Brooklyn, le vieux quartier de Russel. C’est là que Russel et Del ont grandi. C’est également là que Russel a été possédé par l’esprit de Del après que ce dernier a été tué d’une balle tirée d’une voiture.

Un vieil imper sur les épaules et des “putains de lunettes stupides sur le nez, comme il le dit lui-même, le genre que Kanye West porte lorsqu’il s’éclate sur le plateau de tournage d’un clip”, Murdoc se rend à Brooklyn déguisé en une sorte de Humphrey Bogart R&B. Il rencontre le rapper né à Brooklyn Mos Def au cabaret The Box dans le Lower East Side. C’est une drôle de rencontre. Un transsexuel nu et siliconé les présente l’un à l’autre. Mos Def dit qu’il paraît que Russel est dans le coin, mais personne n’en sait plus. Il dit également qu’il y a différentes forces en jeu ici. Il parle à Murdoc du Boogieman. Une entité constituée à partir de tous les maux du monde. Cette chose est carrément mauvaise et a un masque à gaz à la place de la tête. C’est une guerre à lui tout seul.

Murdoc n’écoute rien de ce qu’il raconte. Il veut juste que Mos chante sur l’album et acquiesce à tout ce qu’il dit. Mos sait que le Boogieman a été vu dans les parages. Lui-même l’a vu et ç’a peut-être à voir avec le fait que Russel et ses mauvaises vibrations sont de retour. Il dit qu’il fera le nécessaire pour retrouver Russel. Il accepte également de chanter sur l’album. Il adore Gorillaz et est ravi à l’idée de filer un coup de main. Il dit aussi que l’idée d’aller jouer avec Girls Aloud, est bonne, franchement, mais que Murdoc devrait donner à Gorillaz une vraie chance. Mais faire gaffe au Boogieman. Une bagarre éclate dans le club et Mos se casse, laissant Murdoc et le type à poil derrière lui. Murdoc se barre à son tour… Mos Def téléphone à Murdoc plus tard le même soir : “Réserve un studio et je viendrai chanter mes parties.” Il rappelle aussi que cette histoire de Boogieman n’est pas à prendre à la légère. Murdoc a rendu des gens furieux en chemin, pas seulement dans cette vie-là, mais au cours de l’histoire. Murdoc ne sait absolument pas de qui Mos Def peut bien parler, mais tient à la présence du rapper sur l’album, et donc, il abonde dans son sens.

30 avril – 4 mai 2009 : Enregistrement avec Mos Def.

4 mai – 6 mai 2009 : Bobby Womack. Bobby est venu en studio et a chanté à fond pendant 45 minutes sans interruption, le temps d’enregistrer plusieurs versions de “110th Street”. C’était pour s’échauffer la voix. Et puis, petit à petit, il s’est penché en arrière, comme s’il était en transe. Murdoc veille au grain. Avec un verre d’eau et un Kit-Kat, il le remet d’aplomb. Etranges vibrations dans le studio…

Bobby avoue à Murdoc qu’il s’est remis à la musique uniquement parce que sa gosse ou sa petite fille lui a dit que Gorillaz était cool. “C’est bien vrai que nous sommes cool.”

Et Murdoc demande à Bobby de raconter quelques-unes de ses histoires fantastiques… Comme la fois où Ike Turner et lui ont piégé les Rolling Stones, dans sa maison, pendant trois jours. Et deux ou trois autres personnes trop riches pour que Murdoc en parle…

7 mai 2009 : Lou Reed — “Some Kind of Nature”. Murdoc rencontre Lou Reed et réserve un studio pour que ce dernier collabore avec lui sur une chanson de Gorillaz. Lou tient à enregistrer seul dans son coin, sans personne. Il insiste pour que Murdoc sorte également du studio. Murdoc accepte, mais finit par revenir en rampant et se planque sous la table de mixage. La séance se déroule bien, mais il aimerait bien rajouter un peu plus de New York dans l’album.

8 mai – 12 mai 2009 : Murdoc traîne dans New York. Il envisage brièvement de demander à l’acteur-musicien Charlie Murphy de venir faire un rap dans le genre spoken word sur l’album, un peu dans le style de Gil Scott-Heron mais laisse tomber l’idée car elle est nulle.

Jeudi 14 mai 2009 : Murdoc enregistre avec le rapper Keno.

Cyborg Noodle
Fin mai 2009 : A Londres, Murdoc est la proie des objectifs et il commence à paniquer quelque peu. A son retour à Plastic Beach, il a construit un cyborg de Noodle, une version androïde de la vraie Noodle. Il utilise pour ça les restes d’ADN qu’il avait trouvés dans les décombres du tournage de la vidéo d’ “El Mañana”. Le cyborg de Noodle est chargé de jouer de la guitare sur le nouvel album de Gorillaz. C’est du délire. Plus important encore, Noodle devient également la garde du corps personnelle et high-tech de Murdoc. Elle est bardée d’armes et de munitions pour le protéger d’attaques éventuelles.

Juin 2009 : On aperçoit Murdoc, l’air contrarié, qui sort de l’appartement de 2D à Londres. Quelqu’un a forcé la porte de 2D et tout saccagé chez lui. 2D a été gazé, kidnappé et envoyé à Plastic Beach. Le seul indice de sa disparition est une invitation mâchouillée sur laquelle on peut lire : “The end of days : La dernière grande fête” Adresse : Plastic Beach (48° 52? 36? S, 123° 23? 36? W) Amenez une bouteille Bande-son fournie Vore hôte : M. Niccals. (Gorillaz)

Ce qui a été enregistré à New York sonne d’enfer, mais Murdoc a réalisé qu’il avait vraiment besoin de 2D sur le disque. Sa voix donne à Gorillaz un côté soul mélancolique qu’elle est la seule à pouvoir lui donner. Il a appelé 2D au téléphone, qui a commencé par refuser. Il a donc fallu que Murdoc le traîne jusqu’à Plastic Beach. 2D a été kidnappé. On apprendra par la suite que Murdoc l’a gazé et fait envoyer à Plastic Beach.

28 juin 2009 : Pendant que Blur joue en tête d’affiche à Glastonbury, Murdoc s’introduit à l’intérieur de 13, le studio de son vieux pote Damon Albarn situé à l’Ouest de Londres, pour y dérober les démos du nouvel album potentiel de son groupe. Ça fout à l’eau tous les éventuels projets d’album de Blur. Il conserve les meilleurs moments pour Gorillaz, et balance le reste.

Début juillet 2009 : De retour à Plastic Beach, Murdoc remarque quelque chose de perturbant. Quelque chose qui commence à altérer sa perception de la situation ? Des drôles de trucs dépassent de l’île : Des bouts d’avions et de bateaux cassés, d’énormes os de dinosaures, des cabines téléphoniques, la moitié d’un chariot, quelques canons, deux drakkars, un morceau d’un vieux Sinclair C5. Au beau milieu des détritus qui constituent l’île, subsistent des vestiges abandonnés de l’histoire, sinistre, de l’humanité. Et l’île grossit de jour en jour. On finit par comprendre quelle attire tout ce qui tourbillonne à proximité. Malgré sa crainte et son étonnement, Murdoc est passablement excité par tout ça. Quel décor fantastique ! Aucun autre groupe dans l’histoire de la musique n’aurait pensé à mettre en route un album, de surcroît celui d’un come-back, dans un endroit aussi unique et barjot que ça.

Murdoc continue avec une vigueur renouvelée…
14 et 15 juillet 2009 : De La Soul enregistre.

20 juillet 2009 : Hypnotic Brass revient.

21 juillet 2009 : Enregistrement d’une nouvelle chanson avec Bashy & Kano.

23 juillet 2009 : Enregistrement avec Mark E Smith, le légendaire chanteur de The Fall. C’est Murdoc qui l’a fait venir à Plastic Beach. Mark se réveille dans le train du retour vers Manchester, et n’a absolument aucun souvenir de ce qui vient de se passer.

Lundi 27 — Dimanche 28 juin 2009 : Enregistrement avec Little Dragon, un groupe basé en Suède. La chanteuse suédo-japonaise Yukimi Nagano chante en duo avec 2D, sur un titre stupéfiant.

Mercredi 29 juillet 2009 : Enregistrement avec les ex-Clash Paul Simonon et Mick Jones.

Murdoc : “Il y a une chose qu’il faut que vous sachiez : Gorillaz, malgré le côté global, c’est l’Ouest londonien. L’Ouest londonien après un passage par l’enfer” assène Murdoc. Ça signifiait quelque chose de faire venir Paul, mais que ce soit bien clair : je suis le bassiste de Gorillaz. Je me suis seulement dit que ce serait super de les réunir à nouveau, pour la première fois depuis le Clash. Et sur ce titre, je joue d’un putain de kazoo ou un truc du genre. Je ne fais ça uniquement pour voir ce qui va se passer. L’important est qu’ils puissent mettre un peu d’eux dans le disque. Et après, ça m’appartiendra pour toujours, à moi, Gorillaz.”

Août 2009 : la rumeur du retour aux affaires de Gorillaz commence à se répandre sur le Web. Les murmures que différents contrats ont été signés avec des sponsors augmentent. Des nuages sombres se forment.

Lundi 14 septembre 2009 : Coup de téléphone à Lupe Fiasco.

Mardi 22 septembre : De la Soul revient.

Vendredi 30 octobre – 2 novembre 2009 : Barry Gibb débarque à Plastic Beach. Malheureusement, Barry Gibb annule sa participation au disque de Gorillaz, à cause d’une infection à l’oreille. Murdoc déclare : “Il y avait une chance sur un million que ça arrive. Et merde. Bon, je vais le remplacer moi-même, il me suffira de chanter avec une voix aiguë.”

Fin novembre 2009 : Dans un nuage de fumée et vêtu d’un manteau de fourrure comme en portent les maquereaux, Snoop Dogg débarque à Plastic Beach pour y enregistrer sa contribution.

Lundi 16 novembre – 8 décembre 2009 : Mixage de l’album.

1er décembre 2009 : Le président Obama annonce le déploiement de 35 000 soldats supplémentaires en Afghanistan. Une image menaçante du Boogieman est aperçue à l’arrière-plan d’une photographie du président.

Mardi 8 décembre – 9 décembre 2009 : Murdoc prend l’avion pour New York en secret afin d’y masteriser l’album Plastic Beach.

10 décembre 2009 : Revient à Plastic Beach

Noël 2009 : Lorsque Murdoc se réveille, l’île est vide. Les cieux sont noirs et le rivage est craquelé et suitant. Il a également trouvé un livre à moitié fichu intitulé “The Plastic Beach”. Ce livre effrayant raconte en détail l’histoire de l’homme, du big bang à aujourd’hui.

Le livre se divise en 13 chapitres. Les chapitres de 1 à 12 révèlent tout sur le big bang, l’histoire de la religion, la magie, l’apparition des dieux, la découverte du feu, l’invention de la poudre à fusil, depuis l’ère romaine, en passant par le moyen âge, l’empire britannique et la révolution industrielle, jusqu’aux guerres mondiales. Il y est également question de tous les développements technologiques que le monde a connus jusqu’à aujourd’hui. Assez étrangement, le livre évoque l’arrivée de Murdoc à Plastic Beach. Apparemment, il ne s’agit pas d’un accident : tout aurait été planifié. Le destin ?

Pour couronner le tout, le dernier chapitre, The End Of Days, a disparu. Pages arrachées. Le futur n’est plus… Tout ça le rend un peu dingue. Enfin, un peu plus dingue encore. La terreur commence à ronger l’esprit de Murdoc. Le moment est venu de publier le disque. Il est temps de montrer au monde ce qu’est cette Plastic Beach. De laisser les gens découvrir ce livre. Le moment est venu de déboucher quelques bouteilles d’un truc fort, sombre et à base de rhum. Gorillaz va faire la fête comme si on était en 2010 ! La fin de tout.

Janvier 2010 : Première de l’émission de radio de Murdoc, qui rompt enfin le silence et diffuse des morceaux du nouveau Gorillaz sur les ondes pour la première fois. Il révèle où il habite, décrit le livre “The Plastic Beach” et annonce le lancement de la nouvelle campagne Gorillaz. Malgré sa playlist impeccable et les nouvelles chansons ahurissantes de Gorillaz, Murdoc a l’air un peu paumé à Plastic Beach. N’aurait-il pas perdu la tête ?

Est-ce vraiment la fin des temps ?

Partager sur Facebook Partager sur Twitter