Listomania
3 mai 2019
Big Thief, A Certain Ratio, Stereolab, Bobby Oroza… : ça sort aujourd’hui et Magic aime
Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Big Thief, A Certain Ratio, Stereolab, Bobby Oroza… : ça sort aujourd’hui et Magic aime

Avec U.F.O.F. de Big Thief, This Love de Bobby Oroza ou Useless Coordinates de Drahla, Magic vous a sélectionné les disques importants qui sortent ce vendredi 26 avril.

BIG THIEF – U.F.O.F.
(4AD)
••••••

C’est officiel, Big Thief n’est pas le projet solo déguisé de sa chanteuse, Adrianne Lenker. Sur U.F.O.F., le groupe rivalise de musicalité, de finesse et de complicité. Ce troisième album réserve, comme ses prédécesseurs, des sommets d’émotion. Ce disque absolument déchirant est un coup de coeur de notre numéro 215, en kiosques depuis ce jeudi.

A CERTAIN RATIO – ACR:BOX 40th anniversary boxset (Mute)

•••••°

Le légendaire trio de Manchester A Certain Ratio fête le quarantième anniversaire de sa discographie (le groupe s’est forme en 1977) par un fabuleux coffret de raretés, ACR:BOX. Avec vingt titre inédits, rempli de versions alternatives et autres faces B, le coffret succède au coffre acr:set de 2018 sans le répéter. Cette merveille paraît sous forme de coffret 7 vinyles colorés limité à 1000 exemplaires, un coffre 4CD, et sur les plate-formes numériques.

STEREOLAB – Transient Random Noise-Bursts With Announcements & Mars Audiac Quintet [rééditions] (Warp Records / Duophonic UHF Disks)

•••••°

Après le coffret Switched On en 2018, Stereolab continue de rééditer son œuvre avec, en 2019, ses albums. Les deux premiers à bénéficier d’une nouvelle sortie (avec notamment deux vinyles à 500 exemplaires où figurera un extrait de bande master) sont Transient Random Noise-Bursts With Announcements (1993) et Mars Audiac Quintet (1994), deuxième et troisième LP de l’hyper-influent groupe londonien. A lire dans notre n°215 : le Guide d’écoute de la carrière de Stereolab.

BOBBY OROZA – This Love
(BIG CROWN RECORDS / DIFFER-ANT)
••••°°

Depuis quelques mois, Boby Oroza fait une entrée fracassante dans le monde de la reborn soul. Avec ce premier album This Love, le crooner finlandais apporte sa pierre à l’édifice en continuant le travail entrepris par Lee Fields, Amy Winehouse ou feu Charles Bradley. De l’amour et encore de l’amour dans le premier chapitre percutant de ce petit nouveau nordiste de la soul.

DRAHLA– Useless Coordinates
(CAPTURED TRACKS)
••••°°

Guitares incisives, batterie rageuse et basse minimale : enregistré dans le Yorkshire à l’été 2018, Useless Coordinates définit parfaitement l’esthétique de ce groupe qui oscille entre post-punk et art-rock. Le disque laisse transparaître une violence abstraite parfois claustrophobique. C’est digne d’un tableau de Francis Bacon.

THE DREAM SYNDICATE – These Times
(ANTI)
•••°°°

L’affaire est entendue dès les premiers accords : non, These Times ne réinventera pas le style de The Dream Syndicate, plus de trente-cinq ans après le premier album du groupe de Los Angeles, le bien aimé The Days of Wine and Roses. On retrouve la voix traînante de Steve Wynn, cette jangle pop teintée de folk rock et les larsens emblématiques de la bande de sexagénaires. Quand on accepte que tout le monde n’est pas Low, ces riffs saturés font toujours leur petit effet.

VAMPIRE WEEKEND– Father of the Bride
(COLUMBIA / SONY MUSIC)
•••°°°

Il y a quelque chose du banquet de mariage à l’ancienne dans ce quatrième album de Vampire Weekend : beaucoup (trop ?) de convives, beaucoup (trop ?) de plats, quelques alcools fins et d’autres plus discutables. Le groupe américain nous avait laissé avec Modern Vampires of the City (2013) sur un classique mélancolique renfermant quelques pics indiscutables de sa carrière (Step, Ya Hey). En comparaison, Father of the Bride laisse une impression de dispersion frustrante et charmante à la fois.

EDITORS – The Blanck Mass Sessions
([PIAS])
•••°°°  

Après Violence, sorti le 9 mars 2018, Editors a décidé d’exhumer les travaux du producteur Blanck Mass sur les enregistrements originaux du sixième album du groupe britannique. Avec une totale liberté, Benjamin John Power a laissé libre court à son imagination pour refondre ce disque dans une version électro-expérimentale avant que Leo Abrahams ne trouve finalement le juste milieu. Ces Blanck Mass Sessions sont intéressantes pour les aficionados de la première heure.

 

Mais rien ne vous empêche d’écouter aussi les autres sorties du jour :

Tacotat  This Mess is a Place (Sub Pop)
Condore – Jaws (JauneOrange/Pias!)
Johnny Hostile & Jehnny Beth  XY Chelsea Soundtrack
Flamingods – Levitation (Moshi Moshi Music)
Barrie – Happy to be Here (Winspear / Differ-Ant)
Ivan Tirtiaux – L’Oasis (Le Furieux)
Joy Williams – Front Porch (Modulor)
Crazy P – Age of the Ego (Walk Don’t Walk / !K7 / Differ-Ant)
Versing  10000 (Sub Pop)
Outer Spaces – Teapot #1 b/w Children Love to Run (Saddle Creek)
William Brittelle – Spiritual America (New Amsterdam/Nonesuch)
Combo Chimbita – Ahomale (Anti-)
Body Type – EP2 (Partisan Records)
Pile – Green and Gray (Exploding In Sound Records)
Truth Club – Not an Exit (Tiny Engines)
Empath– Active Listening: Night on Earth (Get Better)
Various Artists– Pacific Breeze: Japanese City Pop, AOR & Boogie 1976-1986 (Light in the Attic)
Partager sur Facebook Partager sur Twitter