Interviews
21 novembre 2018
BBmix : « Un festival de discothèques »
Partager sur Facebook Partager sur Twitter

BBmix : « Un festival de discothèques »

BBmix continue son exploration et sa présentation de musiques parallèles, innovantes et chercheuses, avec notamment la présentation de deux créations, une autour du label Saravah, mais aussi la collaboration inédite entre l’artiste visuel et DJ américain Evan Crankshaw avec la formation française The Dead Mauriacs, pour une plongée dans les musiques exotiques et curieuses. Les guitares et toutes les formes du rock, esthétiques récurrentes du festival, restent au rendez-vous avec notamment la présence d’Endless Boogie mais aussi de FACS, et plusieurs groupes de Boulogne comme du bout du monde pour la présentation de musiques hybrides et fascinantes. Pour la 14e édition du festival, on a posé quelques petites questions à sa programmatrice, Marie-Pierre Bonniol.

 

Après, notamment, Wire, Arnold Dreyblatt ou Eliane Radigue, c’est le label Saravah qui est à l’honneur cette année pour un hommage à un label qui fait aujourd’hui figure d’institution. Le mariage de figures « patrimoniales » (si j’ose dire) et de groupes émergents semble être une constante dans la programmation de BBMix. Comment expliques-tu cet aspect rétrospectif de la programmation ? Et le choix de Saravah cette année ?

Marie-Pierre Bonniol : Cette présentation de projets historiques, « patrimoniaux » comme tu le dis, est une des constantes du festival depuis sa création, ce qui forme son ADN, avec la venue dès 2005 de James Chance, celle de Jean-Jacques Perrey en 2006, la reformation de Young Marble Giants en 2007… En fait peut-être que BBmix est avant tout un festival de discothèques : pas entendues comme boîtes de nuit, mais comme collections de disques. Chaque année nous essayons d’inviter, en tous cas de mettre à l’honneur un ou plusieurs acteurs qui nous paraissent important dans l’histoire des musiques qu’on aime, ont réalisé des disques importants ou ont mené des expérimentations qui ont ouvert, plus tard, des champs musicaux que nous estimons intéressants, des groupes et des artistes actuels qui nous excitent assez.

Alors oui, cette année, le label Saravah est notre figure de proue, plus dans ses aspects croisés, notamment avec le free-jazz, que dans ses aspects chanson-chanson. Avec l’agence Julie Tippex, et le Lieu unique à Nantes où le projet a été présenté la première fois, nous avons travaillé sur une entière production qui s’appuie sur le groupe des Recyclers qui avait déjà effectué des reprises du label Saravah pour la mythique compilation « Morceaux Choisis » du label Rectangle de Quentin Rollet, avec la participation de nombreux musiciens de différentes scènes, différentes générations, que nous estimons beaucoup comme Arlt, Borja Flames, Marion Cousin, Etienne Brunet… Le projet a été artistiquement coordonné par Steve Argüelles, et Benjamin Barouh, le fils de Pierre Barouh, pour la partie « Saravesque » avec qui la collaboration a été étroite tout au long de la construction du projet.

C’est la première fois que ce projet va être présenté en région parisienne ! On est assez excité. David McNeil rejoindra la bande sur scène pour l’occasion pour un morceau.

Le théâtre accueillant BBMix m’a souvent frappé pour sa haute qualité sonore (son haut niveau de volume sonore aussi parfois, ce qui est rare et appréciable, pour des groupes comme Swans par exemple). La programmation tient-elle compte de cette dimension acoustique particulière ? Cette année en particulier, y-a-t-il des choix de programmation qui sont aussi déterminés par ce contexte ?

Travailler sur une salle assise, en théâtre, définit bien sûr notre programmation. On ne fera jamais Napalm Death à BBmix ! (quoique).Toute programmation se fait en rapport avec un lieu, sa jauge, sa disposition, son territoire : BBmix n’échappe pas là la règle.

 

« Peut-être que BBmix est avant tout un festival de discothèques : pas entendues comme boîtes de nuit, mais comme collections de disques. »

 

A contrario, le théâtre offre d’abord des places assises. Est-ce que des évolutions, aménagements, sont prévus pour permettre la danse ou la circulation (pour The Mauskovic Dance Band notamment)  ?

Oui on sera dans la petite salle en jauge debout ! On avait déjà fait ça par exemple pour les concerts de Mahjongg, Cheveu et Orchestre Tout Puissant Marcel Duchamp et c’était top !

Peux-tu nous présenter davantage la rencontre entre les Dead Mauriacs et Evan Crankshaw ?

Ces deux artistes sont mes projets coup de coeur de l’année écoulée : Evan Crankshaw pour ses sélections impeccables de musique exotica, rêveuse, souvent dans la construction de paysages, d’espaces a arpenter, pour la radio américaine WFMU, mais aussi pour ses collages extraordinaires ; et aussi The Dead Mauriacs du Havre qui est en fait Olivier Prieur, qui est aussi dans une démarche qui mélange le son et l’image, mais aussi la littérature en écrivant des micro-fictions autour des morceaux. Il ne s’agit jamais de la musique seule ! Mais aussi d’objets, de dispositifs… Evan Crankshaw et The Dead Mauriacs ont déjà collaboré sur une pochette, celle de l’album « Beauté des mirages » sur le label Discrepant qui est vraiment top, et cette collaboration ensemble sur scène à BBmix sera une première. C’est la première fois aussi, à ma connaissance, qu’Evan Crankshaw vient présenter ses choses en Europe. J’ai très hâte !

Propos recueillis par Wilfried Paris

https://thedeadmauriacs.bandcamp.com/

 

FESTIVAL BBMIX
VENDREDI 23 / SAMEMDI 24 / DIMANCHE 25 NOVEMBRE 2018

Carré Belle-Feuille
60 rue de la Belle-Feuille
92100 Boulogne Billancourt
01 55 18 54 00
Accès : Ligne 9 / M° Marcel Sembat

Billetterie : 01 55 18 54 00
https://www.yesgolive.com/festival-bbmix
Tarif : 11€/soir (hors frais de location)
https://www.bbmix.org/

Partager sur Facebook Partager sur Twitter