En kiosque actuellement Commander

Attic Thieves de Ralfe Band

chronique d'album
Basé à Londres, le duo Ralfe Band aurait pu tout aussi bien voir le jour sur le Nouveau Continent. Avec ces ballades folk qui tournent parfois à la valse à trois temps, ce deuxième album s’inscrit dans la lignée de ceux des Decemberists : mêmes morceaux d’un autre âge, rêveurs et picaresques. Si feu John Peel avouait qu’il était difficile de trouver le pedigree d’un groupe comme Ralfe Band, c’est qu’Oly Ralfe et Andrew Mitchell ne s’enferment pas dans un style précis mais préfèrent s’aventurer où bon leur semble, sans feuille de route.

Country rétro jouée à la mandoline (Stumble), piano en cascade sur un instrumental délicat (Big Head) ou comptine qui tangue sérieusement (Platform Boy), la plupart des titres, en s’ouvrant parfois aux sonorités d’Europe centrale, poussent l’esthétique folk jusqu’à lui donner un caractère folklorique. Cette identité volontairement brouillée entre plusieurs origines, ces quelques touches lo-fi appliquées à la production ajoutent immanquablement au charme un peu désuet et apatride de Ralfe Band.

Mais dans cet exercice d’une fanfare pratiquée en tandem, Attic Thieves s’effiloche dans toute sa deuxième partie en tirant trop sur la même corde sensible. Comme si l’on s’apprêtait à chiner dans une brocante d’exception pour se retrouver progressivement dans un vide grenier certes attrayant, mais dont on a vite fait le tour.
Thomas Bartel
MAGIC RPM  #124


Réagissez

Votre réaction :

Votre pseudo :

Prévisualiser