En kiosque actuellement Commander

Same Bed, Different Dreams de John Howard

chronique d'album
À force de farfouiller dans les bas-côtés de l'histoire, on finit toujours par dénicher quelques trésors cachés. John Howard fait partie de ses grands accidentés de l'histoire de la pop, ceux dont les carrières se sont trouvées mystérieusement brisées dans l'oeuf sans que l'on parvienne encore aujourd'hui à comprendre exactement les raisons de cet échec : une mauvaise coupe de cheveu ? Un disque mis dans les bacs la veille du 15 août ? Un responsable promo trop paresseux ? Toujours est-il qu'il aura fallu attendre près de trente ans pour que Kid In A Big World, son seul album sorti officiellement en 1975, accède, via le jeu des rééditions, au statut d'album culte qu'il mérite amplement. Apparaissant rétrospectivement comme une sorte de chaînon manquant entre Bowie et Elton John, Howard a pu récolter sur le tard les louanges de la presse britannique. Après quelques rééditions supplémentaires de sessions autrefois enterrées par CBS (Technicolor Biography et Can You Hear Me OK?) et un retour sur scène remarqué, arrive donc ce nouvel album. En s'en tenant à l'essentiel (piano, voix et quelques très beaux arrangements de cordes), Howard se montre largement digne de sa légende. La patine du temps n'altère en rien ses capacités de compositeur, toujours aussi habile à composer ses toiles de fond rococo en guise de décor à des ballades sentimentales souvent proches de Harry Nilsson. Et même si Same Bed, Different Dreams traîne parfois un peu en longueur (la faute sans soute au trop plein de chansons à déverser après trente années de silence forcé), ce retour en force et en grâce devrait trouver un écho certain chez tous les amateurs nostalgiques de soft rock et autres fans de Ben Folds. Justice est enfin faite.
MATTHIEU GRUNFELD
MAGIC RPM  #100


Réagissez

Votre réaction :

Votre pseudo :

Prévisualiser