En kiosque actuellement Commander
Transfuges catalans en terres parisiennes, les HushPuppies démontrent par l'exemple la possibilité, souvent contestée, d'enregistrer un excellent album de rock au pays de Jean-Louis Aubert et de Steeve Estatof. Les Hush, pour les intimes (et qui ne souhaiterait pas le devenir ?), se réapproprient sans vergogne les fragments, glanés çà et là, d'un idiome garage et psychédélique, certes pas inédit, mais réinventé ici avec une classe et un naturel si saisissants qu'on pourrait les croire innés. Ce serait oublier que les Hush ne sont déjà plus des chiots de la dernière portée et que ces douze titres inauguraux ont longuement mûri sur la scène, où ils ont acquis leur densité et leur dynamique impressionnantes. Derrière leur apparente rugosité, se dissimulent, en effet, des trésors de nuances qui ne cessent de surprendre. Souvent nées du contraste entre des guitares fracassantes et un orgue aigrelet, les compositions aux rebonds aussi déroutants que ceux du ballon ovale sur la pelouse d'Aimé-Giral oscillent entre calme et tempête, moments de tension extrême et accalmies romantiques. Résultat : ce qui aurait pu n'être que l'épiphénomène agaçant d'un énième revival mod, confiné aux arrière-salles branchées des bars parisiens, se métamorphose en un groupe de rock aussi solide qu'efficace, largement au niveau de ses concurrents anglo-saxons les plus robustes. Hushpuppip hourra !
MATTHIEU GRUNFELD
MAGIC RPM  #95
article extrait de :
MAGIC RPM #95 Commander ce numéro


Réagissez

Votre réaction :

Votre pseudo :

Prévisualiser