En kiosque actuellement Commander

One Life Stand de Hot Chip

chronique d'album
Le temps semble presser pour Hot Chip. Deux ans à peine après Made In The Dark(2008), plus déglingué et noir que ses prédécesseurs, Alexis Taylor et Joe Goddard, ses deux têtes chercheuses, se remettent déjà à la tâche. Résultat(s) : un premier effort solo réussi pour Goddard – le très electro Harvest Festival, sorti le mois dernier –, et un quatrième album pour Hot Chip. De prime abord, One Life Stand paraît bien plus lisse et propret que tout ce que le quintette londonien avait proposé jusqu’ici.

On s’éloigne du charme bricolé des rythmiques désarticulées de The Warning (2006) pour des compositions plus carrées, à l’image de I Feel Better, où ils commettent le pêché ultime : les violons ultrasynthétiques et l’autotune. Certes, il ne s’agit tout de même pas du nouveau Cher, et on connaît le plaisir coupable de la formation anglaise pour les petites touches d’un goût délicieusement douteux que l’on se prend à aimer aussi. Fort heureusement, le premier single, One Life Stand, rassurera les troupes grandissantes des geeks dodelinant au son de Hot Chip : c’est le tube attendu. Puis, Brothers et plus encore Slush sont presque sirupeux, et laissent un peu sur notre faim, car Hot Chip est passé maître dans l’art des mélodies à deux faces, et celles-ci ne révèlent pas leur côté obscur.

Peu importe, le nerd chevelu à lunettes épaisses et à chemise à carreaux se roulera parterre sur We Have Love, où les affaires plus sérieuses reprennent le dessus, car le filet aigu d’Alexis Taylor s’accommode avec bonheur avec les morceaux plus rythmiques. Joe Goddard s’essaye d'ailleurs au chant, notamment sur le très doux Alley Cats, sans doute en clin d’œil à cette étonnante pochette féline. Cerise sur le gâteau, Take Me In finit de nous convaincre que ces cinq musiciens-là sont vraiment malins. “Keeeep ooonnn”
Thomas Schwoerer
MAGIC RPM  #139


Réagissez

Votre réaction :

Votre pseudo :

Prévisualiser