En kiosque actuellement Commander

Made In The Dark de Hot Chip

chronique d'album

Eh non, les pieds tendres qui avaient gentiment dodeliné de la tête sur Over And Over ne céderont plus exactement comme avant sous le charme du doux filet de voix d’Alexis Taylor… The Warning (2006), l’album de la consécration pour le groupe anglais, avait séduit le public et les artistes, à tel point que Hot Chip signa un nombre impressionnant de remixes (The Boggs, Gorillaz, Stephen Malkmus, Badly Drawn Boy, Amy Winehouse, Plan B, Revl9n, Architecture In Helsinki, etc.). Sur ce troisième Lp, les légères imperfections qui font le charme de Hot Chip n’ont pas disparu, que ce soit des beats légèrement décalés, un écho à peine perceptible à la douce voix du leader, l’utilisation de percussions comme le tambourin, un sens aigu et très créatif du crossover pop/electro/R&B. Hot Chip a juste pris le pli d’évoluer par rapport à son précédent effort, quoi de plus normal. Le credo de Made In The Dark, autoproduit dans leur home-studio londonien, est manifestement de durcir sensiblement le propos, et de se démarquer du tempérament éthéré de The Warning. Les deux premiers titres sont de cette trempe-là (un breakbeat torpillé de claviers rave sur le single Shake A Fist), mais l’irrésistible Ready For The Floor renoue avec les ritournelles electro parfaitement ciselées du groupe. Autre bonne surprise, Hot Chip n’a pas cédé aux sirènes de l’overground en signant un second disque sur une major. Made In The Dark libère ainsi ses secrets au fil des écoutes, entre douceurs (Made In The Dark, We’re Looking For A Lot Of Love ou In The Privacy Of Our Love) et hybrides addictifs portant la patte Hot Chip.

Thomas Schwoerer
MAGIC RPM  #117


Réagissez

Votre réaction :

Votre pseudo :

Prévisualiser