En kiosque actuellement Commander

Perdu dans le flot continu des sorties, il vous a peut-être échappé, ce jeune homme dont le nom évoque plus volontiers un médicament contre la nausée que le patronyme d’un petit prince de la pop bricolée. On récapitule, donc : Chad VanGaalen est canadien et vit à Calgary, dans la province de l’Alberta. Il est aussi graphiste et animateur. On lui doit les pochettes de ses disques et les clips de ses chansons.

Sorte de fabrique artisanale de feux d’artifice tremblants, son bric-à-brac nous avait grandement séduit sur Skelliconnection (2006), successeur supérieur de Infiniheart (2005), mais dix coudées en dessous du cru 2008.. On ne sait pas jusqu’où cela va aller, mais chaque nouvel album fait apparaître celui d’avant comme un brouillon, signe d’un incroyable talent en voie de maturation.

Tout ce qu’on aime dans la pop américaine depuis qu’on est tombé dedans se trouve réuni là, réinventé avec la candeur de ceux qui composent des petits tubes comme ils respirent : un solide substrat folk qui doit beaucoup à Neil Young (voix tremblée dans les aigus, banjo et harmonium sur Willow Tree), des guitares et des claviers de concert pour l’épaisseur (Bones Of Man), des bricolages électroniques rétrofuturistes pour la magie enfantine (Phantom Anthills).

Et, tout en haut de la liste, une écriture spectaculaire et des mélodies imparables. Élastique en diable, VanGaalen plie sa plume et sa voix à la subtilité de chansons fragiles (on retient son souffle durant les sublimes Cries Of The Dead et Molten Light) comme à la puissance d’une power pop conquérante (Bare Feet On Wet Griptape). À défaut de parler directement à Neil Young, le jeune homme tutoie régulièrement Magnolia Electric Co., dont Inside The Molecules et City Of Electric Light seraient des versions lumineuses et détendues.

Il est à ce point détendu du genou, le Chad, qu’il fait péter l’electro pop sur l’irrésistible TMNT Task, qui pourrait déchaîner les dancefloors alternatifs avec son épique break d’harmonica. Il fallait oser. C’est énorme.

Vincent Théval
MAGIC RPM  #124


1 réaction réagir

Votre réaction :

Votre pseudo :

Prévisualiser


jeanfi - 17/11/2008 15:25
une sorte de Jad Fair (graphiste lui aussi) moins potache dans ses textes et plus fouillé dans ses productions, Chad Vangaalen a multiplié les collaborations (avec Built To Spill, les Pixies et Wolf Parade notamment) et sorti deux albums remarquables (Infiniheart" et "Skelliconnection"). Il me tarde de prendre place à bord de ce "Soft Airplane"!