En kiosque actuellement Commander

Biographie

New York, milieu des années 80. Les Beastie Boys ne se différencient pas des autres groupes de la scène hardcore et se contentent d'imiter leurs modèles, qu'ils s'appellent Bad Brains ou Minor Threat. Mais la rencontre avec un jeune étudiant du nom de Rick Rubin (futur fondateur du mythique label Def Jam) s'avère déterminante : ces trois petits Blancs rigolards – et peu au fait du quotidien d'un Noir du ghetto – se passionnent pour le hip hop et se décident à franchir le cap : Beastie Boys (Mike D, Adrock et MCA) sera un groupe de rap. En 1986, paraît Licenced To Ill. Quatre millions d'albums vendus, des samples chipés à Led Zeppelin ou AC/DC et un message politique on ne peut plus subversif : You Gotta Fight For Your Right (To Party). Attaqué sur sa crédibilité, le trio potache s'en fiche et s'attelle au plus achalandé Paul's Boutique, publié en 1989, suivi de Check Your Head (1992). 1994 est la grande année du trio : d'un côté, la compilation Some Old Bullshit, qui date de leurs premiers essais hardcore, et de l'autre, le succès planétaire de Ill Communication et du tube Sabotage, qui réunit (grâce à MTV) amoureux du hip hop et du punk rock. Néanmoins, les sujets abordés sont plus sérieux – MCA est devenu bouddhiste, et le groupe organise de nombreux concerts de soutien au Tibet. Depuis, le trio est devenu l'une des formations les plus cools de l'univers et a publié deux albums studio (Hello Nasty en 1998, et To The 5 Boroughs en 2004). En ne s'en tenant pas aux strictes limites du hip hop, les Beastie Boys ont influencé un pan entier de la pop depuis vingt ans. Pour le meilleur (“bidouilleurs” tels Beck ou joyeux drilles comme Lo Fidelity Allstars) comme pour le pire (la scène rapmetal les cite souvent en exemple).