9 novembre 2007
Section 25
Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Section 25

Au même titre que Stockholm Monsters ou The Wake, Section 25 appartient à cette cohorte de formations laissées pour compte par la politique promotionnelle suicidaire menée par Tony Wilson et sa fine équipe de Factory Records. Il est aussi l’un des exemples le plus pertinent de ces projets qui feront les frais d’un parrainage encombrant, dans un premier temps celui conjoint de Ian Curtis et Rob Gretton (qui produiront de concert le premier single Girls Don’t Count, réalisé en 1980), puis celui de… Bernard Sumner. Tout au long de son histoire – initiée dès l’an 1978 –, ce groupe originaire de Blackpool et à la composition versatile sera donc condamné à l’étiquette prohibitive de succédané, de Joy Divison d’abord, de New Order ensuite. Pourtant, que ce soit en trio (les albums Always Now et Keys Of Dream), en quatuor ou en quintette, Section 25 avait évidemment bien plus de personnalité que la presse européenne et sa paresse légendaire ne lui en ont jamais accordé. Des ambiances post punk aux méandres électroniques en passant par un psychédélisme captivant, cette affaire de famille a toujours eu un temps d’avance sur les productions de son temps (moderne). Avec comme pierre angulaire dans sa discographie l’album From The Hip (1984) – œuvre produite par Sumner et Donald Johnson d’A Certain Ratio et influence majeure de la scène house chicagoanne –, la formation se désintégrera après un ultime Lp studio, Love & Hate (1988), plus conventionnel dans son écriture. Depuis, le label anglais LTM s’est ingénié à rééditer ces disques séminaux, conduisant même la fratrie Cassidy – Larry et Vin, têtes pensantes du projet depuis sa création – a reformé Section 25, pour des concerts d’abord puis pour le nouvel (et excellent) Lp, Part-Primitiv, paru en 2007.

Partager sur Facebook Partager sur Twitter