9 novembre 2007
Portishead
Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Portishead

Portishead – ainsi baptisé d’après le nom d’une cité portuaire mitoyenne de Bristol – voit le jour en 1991, suite à la rencontre de la chanteuse Beth Gibbons et de Geoff Barrow, jeune passionné dont la formation d’ingénieur du son lui a permis de côtoyer ses concitoyens de Massive Attack ou Neneh Cherry. Mais pour le duo, l’aventure débute véritablement en 1994 avec la sortie de Dummy, claque retentissante qui révèle la voix de Gibbons, à la fois mystérieuse et éraillée, que la presse a tôt fait de comparer à Billie Holiday. Jazz, certaines ambiances le sont sur ce disque imaginé et produit par Barrow, qui mélange à la perfection ses passions pour le hip hop et la soul. Le succès est immédiat et, accompagné de “vrais” musiciens, Portishead donne l’un de ses tous premiers concerts en France, à Rennes, lors des Transmusicales de 1994. Mais Gibbons s’accommode mal de son statut de star naissante et le groupe ne veut surtout pas être réduit à un simple phénomène de mode. Il prend son temps pour enregistrer son second Lp, éponyme, où il renoue avec la majesté de son prédécesseur. Une majesté amplifiée sur la scène du Roseland de New York le temps d’un concert-événement immortalisé sur disque, lors duquel la formation est accompagnée d’un orchestre classique. Depuis, la discrétion est de mise. Certains membres historiques ont multiplié les collaborations, à l’instar du génial guitariste Adrian Utley (croisé aux côtés de The Coral, Sparklehorse, Goldfrapp ou Baxter Dury), Gibbons a réalisé un unique (dans tous les sens du terme) album solo sous l’égide de l’ex-Talk Talk Paul Webb, alias Rustin’ Man. Quant à Barrow, il a fondé le label expérimental Invada Records, produit la jeune artiste Stephanie McKay et réalisé quelques remixes. Mais personne ne saurait dire si un troisième album studio de Portishead est désormais de l’ordre du possible, même si sa contribution à l’hommage à notre fumeur de Gitanes, Monsieur Gainsbourg Revisited, laisserait à penser que le groupe n’est qu’en hibernation prolongée.

Partager sur Facebook Partager sur Twitter