Chroniques d'albums
3 mars 2008
Zombie Zombie - A Land For Renegades
Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Zombie Zombie - A Land For Renegades

Entre les séances de répétition aux studios d’enregistrement de Mains d’Œuvres et les rencontres alcoolisées au Pop In, Neman et Étienne Jaumet fomentent un projet commun en marge de leurs formations principales, Herman Düne et The Married Monk. Leur noir dessein ? Bidouiller des sonorités bizarres sur leurs claviers vintage, en hommage appuyé aux films d’horreur de leur enfance. C’est le fameux Dawn Of The Dead (1978) de George A. Romero (Zombie dans la version remontée par Dario Argento) qui donne son identité au duo, finalement rebaptisé Zombie Zombie pour se distinguer des homonymes nord-américains Zombi. Les concerts renforcent l’aspect ludique de cette musique référencée : Étienne Jaumet tourne les potentiomètres de ses synthétiseurs de collection et fait vibrer son Theremin, et Cosmic Neman imprime une rythmique métronomique à la batterie, accentuée par ses hurlements à la lune. Le single Driving This Road Until Death Sets You Free ouvre le bal, comme la délirante bacchanale de Goblin dans Suspiria (1977). Sur l’Autobahn de ce disco lysergique, les saccades analogiques filent le tournis aux loups-garous et aux goules. Si le tandem parisien reprenait Warm Leatherette sur son premier maxi, c’est ici Nightclubbing qui réveille les morts. À mi-chemin du krautrock des méconnus Delia Gonzalez & Gavin Russom sur DFA et de l’electro répétitive de DAF, Zombie Zombie s’amuse à composer la bande-son crépusculaire d’un road-movie inquiétant, dédié au mémorable film d’Antonioni, Zabriskie Point (1970). Vivement conseillé aux Neu-ophytes ou Can-ivores de tous poils.

Alexandre Cognard

Partager sur Facebook Partager sur Twitter